Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alcools normands

  • Traditions de Normandie: L'Esprit de la Pomme

    Contrairement à ce que l'on croit généralement, le cidre n'a pas toujours été présent sur les tables de Normandie, mais cela fait tout de même longtemps qu'il rôde dans notre région.  

     

    On suppose que c'est à partir du XIV ème siècle que la culture du pommier se développe et que le cidre commence à concurrencer le vin. La vigne a été cultivé en Normandie jusqu'au XIX ème siècle. Au milieu du XIX ème siècle, les boissons à base de pommes supplantent complètement tous les alcools concurrents.

     

    Si le cidre et les alcools qui en découlent vont se montrer omniprésents, ils vont également individualiser le paysage normand: partout le pommier encercle les bourges, hameaux et villages. Le système de complantage, c'est-à-dire le fait d'exploiter la parcelle en-dessous du verger, fera que jamais on ne produira que du cidre, mais que les paysans normands resteronts toujours polyvalents. Ainsi jusqu'à aujourd'hui, ce paysages de pommiers tordus avec des vaches ruminant en-dessous reste une des cartes postales les plus vendues en Normandie.

    Lire la suite

  • Les boissons normandes à l’honneur


    A défaut de vins, la Normandie possède toute une gamme de produits cidricoles, dont elle peut s’enorgueillir à juste titre.

    Pourquoi, alors, ne pas les mettre à l'honneur à l'occasion des festivités de fin d'année, individuellement ou bien associés pour former de savoureux cocktails ?


    Ces jus de pommes ou de poires, cidres, Poirés, Pommeaux et autres Calvados méritent d’autant plus d’être dégustés, voire découverts parfois, qu’ils sont restés parfaitement naturels. Ils ne sont, en effet, ni aseptisés, ni concentrés, ni même pasteurisés, encore moins aromatisés.


    Peu connus il y a peu encore, hors des frontières normandes, Calvados mis à part, ces produits possèdent maintenant une vraie notoriété grâce aux AOC : Calvados (Pays d’Auge ou Domfrontais), Cidre du pays d’Auge, Poiré de Domfront, Pommeau de Normandie.


    Toutes ces boissons au parfum subtil feront honneur à votre table, depuis le pommeau qui constitue un excellent apéritif jusqu’au calvados qui conclut dignement un repas sur une note normande.


    Le Pommeau. Mélange harmonieux de Cidre et de Calvados, vieilli en fût de chêne pendant 14 mois au minimum, il peut se servir tout au long du repas. Il accompagne avec bonheur un foie gras (normand, cela va de soi), des huîtres chaudes ou un melon. Au dessert, il est le compagnon presque idéal de la tarte aux pommes, ou d’un entremets au chocolat.


    Le Cidre. Clair et brillant, avec une prise de mousse naturelle en bouteille, le Cidre Pays d’Auge est composé pour les trois quarts de pommes qui appartiennent aux variétés amères et douces-amères. Bu jeune, il exhale des parfums de fruits, de fleurs, de miel, ou encore de caramel. Un peu plus âgé, ce cidre présente des notes végétales, boisées ou épicées.


    Le Poiré de Domfront. Il est élaboré à partir d’une dizaine de variétés de poires, dont les fameuses “plant de blanc”, soigneusement sélectionnées. Pétillant comme le cidre, il est servi, comme lui, d’un bout à l’autre du repas.


    Le Calvados. A n’en pas douter, c’est le roi. Apprécié depuis bientôt quatre siècles, il est issu de la distillation du cidre. Des fruits qui tous proviennent de vergers présents dans la zone définie par le cahier des charges de l’AOC. Une fois distillé, le Cidre, devenu eau-de-vie, doit passer un minimum de deux à trois ans en fûts de chêne.
    C’est ainsi qu’il acquiert sa couleur brune-ambrée. Tout au long du séjour en fût, le maître de chai procède à des assemblages d’eaux-de-vie d’âges différents. A l’issue, naît un Calvados au tempérament bien marqué. Au-delà de trois ans d’âge, il devient cet alcool que l’on déguste lentement en fin de repas.

    Mais il permet aussi de parfumer les sauces, les terrines, et les desserts. Et même certains camemberts.
    Les cocktails. Enfin, ces différents alcools normands sont aussi à la base de cocktails qui les associent.

     

    Ainsi, “Le vrai normand” se prépare-t-il à partir de Calvados, de Pommeau, de jus de pommes fermier et d’un trait de grenadine. L’ensemble est mélangé vigoureusement pendant trente secondes dans un shaker.

     


    Autre suggestion, “Le Normandy”, se confectionne à partir de Calvados, de Cidre AOC et de miel, mélangés dans un shaker à moitié rempli de glaçons.


    Toutes ces boissons étant alcoolisées, il est recommandé de les consommer avec modération, et de ne pas conduire quand on a bu.

  • Du calvados est né le Pommeau

    Si la fabrication du cidre est plus que millénaire, sa distillation pour obtenir une eau-de-vie semble dater du milieu du XVIème siècle. Les écrits font état d'un commerce florissant à la fin du XVIIIème siècle, mais l'histoire ne dit pas quand est né le « trou normand »

    ce breuvage savoureux et ambré, ambassadeur de la Normandie, compte pas moins de trois appellations d'Origine contrôlée: Calvados, Calvados Pays d'Auge (obtenu après une double distillation) et Calvados Domfrontais (issu d'un mélange de cidre et de poiré).


    Le meilleur est naturellement «celui qui a du fût », autrement dit, dix ou vingt ans d'âge...

    De son côté le Pommeau de Normandie est l'apéritif Normand par excellence. Il est obtenu par mutage du jus de pomme à cidre avec du Calvados.

    Depuis 1991, il fait parti du cercle très restreint des AOC.

    Pour en savoir plus sur les alcools normands et sur les boissons normandes et aussi sur l'usage du Calvados en Normandie