Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2ème db française

  • Histoire de la Normandie:Leclerc débarque en Normandie

    La 2ème DB a participé à l'encerclement de la VII ème armée allemande lord de sa formidable ruée en coup de faux, de Saint-Martin-de-Varreville jusqu'à Exmes et Frénée, tout près de Chambois.

     

    Le 1er août 1944, ses quinze mille volontaires de toutes origines sociales, religieuses, politique, voire étrangères, et ses quatre mille véhicules débarquent directement de leurs Landing Ships Tanks sur les sables de Saint-Martin-de-Varreville. Conformément à la recommandation du général Frederick Morgan, qui dès le 7 mars 1944, avait dit « une division française devait être intégrée aux opérations de débarquement.

  • Histoire de la Normandie:Leclerc et la 2ème DB dans la bataille

    Rattachée à la 3ème armée américaine du Général Patton, la 2ème DB du Général Philippe Leclerc de Hautecloque a débarqué à Utah Beach, le 1er août 1944. Une semaine plus tard, les hommes de Leclerc connaissent leur premier accrochage avec l'ennemi aux abords de Mortain.


    Le 8 août au soir, la formation reçoit l'ordre de se diriger vers Alençon pour faire la jonction avec les forces britanniques et envelopper les restes de la 7 ème armée allemande. La 2ème DB avance d'est en ouest sur 4 colonnes:

    • les deux premières commandées par les officiers Noiret et Rouvillois étant placés sous l'autorité du Colonel Dio.

    • Les deux autres commandées par Minjonnet et le commandant Massu placés sous les ordres du Colonel de Langlade.

    L'avance est lente et donne lieu, à maintes reprises, à de violentes échauffourées avec un ennemi déterminé.


    Le 12 août au matin, le Général Leclerc et ses hommes prennent Alençon qui sera la première ville française de métropole libérée par des troupes françaises.


    Les allemands occupant la forêt d'Ecouves, la 2ème DB poursuit la marche vers l'est et le nord en passant par Carrouges et Sées. Le 13 août, elle libère Ecouché. Le lendemain, les chars français entrent dans Argentan dévastée. Les troupes placées sous le commandement du Colonel de Langlade participent aux combats décisifs qui se déroulent autour de Chambois.


    Le 19 août, Leclerc se dit prêt à foncer sur Paris. Le Général déploie tous ses efforts pour convaincre les Américains de lui confier cette mission. Après de multiples interventions auprès des Généraux Gerow, Bradley, et de Gaulle, qui interviendra en personne auprès d'Eisenhower, Leclerc reçoit l'ordre de marcher sur Paris...

  • Histoire de la Normandie:Le château de Médavy

    Médavy évoque la démesure. Démesure du vaste terre-plein rectangulaire hérité de la forteresse médiévale, antérieure, placée au passage de l'Orne, dans un secteur particulièrement marécageux. Démesure surtout des Rouxel, qui en possédèrent la terre pendant plus de trois cents ans, depuis le mariage de Jean Rouxel, écuyer du duc d'Alençon avec Marie Larçonneur, dame de Médavi, au début du XV ème siècle.

     

    Sous Henri III, Jacques Rouxel devient baron de Médavy et gouverneur d'Argentan, charge que se transmettront ses descendants.

    Capitaine du château d'Argentan, à dix-sept ans, sont fils Pierre est gouverneur de Verneuil, dont il ouvre les portes à Henri IV.

    Françoise de Hautemer, qu'il épouse en 1588, est la fille d'un vieux compagnon de combat du roi, qui le fait Maréchal de France et duc de Grancey.

     

    Jacques Rouxel, comte de Médavy et de Grancey, combat sous Louis XIII, le régent fait de son petit-fils Jacques-Léonor, le second Maréchal s'appelant Médavy.

    Mais l'entretien du régiment de Grancey, leur train de vie à Versailles et surtout la reconstruction de leurs immenses châteaux de Médavy et de grancey ruinent le Maréchal et son frère.

     

    En 1733, leurs héritiers vendent Médavy au duc de Tallard.

     

    Pierre Thiroux de Monregard, trésorier général de la maison du roi, achète le domaine en 1754. il fait terminer le château et crée des jardins dans le goût paysager à la mode, avec labyrinthe et kiosque chinois. Après sa mort en émigration, son fils ne parvient pas à redresser la situation.

     

    Madame Labbey de la Roque-Baignard achète Médavy en 1823, sacrifie l'aile et le pavillon ouest, endommagés par un incendie, et rend habitable le reste du château.

     

    Restauré et modernisé pendant l'entre-deux-guerre par Monsieur Henri de Peyrimhoff, le château abrita en août 1944, le quartier général du Colonel de Langlade (2ème DB française).

     

    Revenu en 1959, au Général de Grançey, gouverneur des Invalides.