Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

époque celte

  • Histoire de Normandie: La période antique dans la vallée du Gambon

    L'eau est, le plus souvent, la cause première des anciens groupements humains. Elle donne l'essentiel de la vie, lorsqu'elle est courant; elle protège l'homme mal armé lorsque, s'écoulant mal, elle s'amasse en poches stagnantes, en marais difficiles à traverser.

     

    C'était le cas de la basse vallée du Gambon. Jusqu'aux travaux de drainage du XVI ème siècle, l'eau ne s'écoulait pas librement jusqu'à la Seine. À partir d'un seul, que maintenant, plus rien ne matérialise, mais qui se situe en gros au carrefour situé auprès de la place Poussin, et la rue de la Libération, la pente de la rivière est infime et l'eau, grossie de sources, stagnait sur l'argile de son lit, formant semble-t-il un vaste marais s'étendant pratiquement jusqu'à la Seine.

    Nulle embarcations ne pouvait s'aventurer à travers ces eaux encombrées d'herbes et de plantes aquatiques. Ce marais a probablement constitué pour les Celtes de la tribu des Véliocasses un site favorable à la vie et bien défendu naturellement. Une simple chaussée surélevée, au pied du versant des collines du sud permettait de contourner le marais: on la fermait aisément. Une chaussé au nord conduisait à un port naturel constitué par l'embouchure du Gambon.

     

    Des trésors ont été trouvés en amont de ce marais:

    dès le XVIII ème siècle: Des poteries, des monnaies ont été trouvées. Certaines ont été regroupées dans les musées d'Evreux et de Rouen. Une collection réuniée entre 1880 et 1939 par M. Coutil, préhistorien et archéologue local a été en partie détruite lors de la seconde guerre mondiale. Certaines belles pièces de cette collection se trouvent dans les musées d'Evreux, de Rouen et même de Saint-Germain-en-Laye.

     

     

    Aux celtes succédèrent les celto-romains. Des vestiges de la riche civilisation Celto-romaine sont apprus et apparaissent encore grâce aux fouilles. Nombreuses sont les « villas » (établissements agricoles): fermes du Vexin qui acheminaient leur grain par la vallée du Gambon vers le port sur la Seine. Un théâtre de médiocre grandreur fut découvert en 1880 par M. Coutil. Il disparaît complètement dans des brouissailles et il est inexploité au niveau touristique.

     

    En 1977,des bulldozets bouleversaient un mauvais pré fangeux, pour établir un terrain de football, et ils mirent au jour une belle mosaïque. Des fouilles systématiques furent entreprises et on délimita sur plus d'un hectare, une série de salles munies d'hypocaustes, dont l'une avait conservé une mosaïque entière. Celle-ci mesure plus de 6 mètres de côté, le dessin géométrique en octogone étoilé témoigne d'une grande maîtrise technique.

    On date cet ensemble entre la fin du II ème siècle et le début du III ème siècle après Jésus-Christ. Il semble que la destruction ait eut lieu au moment de la première occupation de troupes Franques.

    Une réoccupation partielle du site semble s'être faite. Le site fut abandonné définitivement au IV ème siècle.

     

    Le théâtre découvert par M.Coutil en 1880 aurait été construit à la même époque, et l'ensemble constitué deux constructions monumentales. Des fragments de poteries, des pièces de monnaies à l'effigie des Tetricus, situent l'ensemble au Bas Empire romain.

     

    On trouve toujours dès que l'on creuse, dans toute la vallée du Gambon, des gragments de poteries et des monnaies datant de l'époque Celto-romaine. Sur la rive de la Seine, il semble que les traces de nombreuses fondations puissent permettre de penser qu'un port antique celto-romain existait à cet emplacement.