Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

églises

  • Tradition de Normandie: Charités et Charitons

    Plusieurs églises du Pays d'Ouche conservent et exposent dans les trésor des bâtons et des lanternes de « Charitons ».

     

    A croire que ces confréries séculaires ont complètement disparu. Les pèlerinages de Pentecôte à Bernay et à Préaux-en-Auge tendent pourtant à prouver le contraire.

     

    Ces « Charités » ne sont pas que la survivance d'un folklore coloré. Les confréries religieuses sont encore vivantes dont les plus anciennes celles d'Orbec, de Broglie, de Lisieux s'érigèrent peu après les « angoisses de l'an Mil ».

     

    Les « frères de la Charité » pratiquent la charité suprême de prier pour les morts en les conduisant à leur dernière demeure. Cette mission, leurs aînés l'ont accomplie au travers des conflits meurtriers et de redoutable épidémies. Leur cortège est précédé du «tintenellier » en dalmatique, dont les clochettes avertissaient les passants de fuir la contagion.

     

    Chaque Charité a sa croix, sa bannière, ses torches, son maître et ses douze frères portant le « chaperon », ornement de velours brodé, porté en sautoir, sur lequel s'étalent les ailes du rabat de lin blanc.

     

    Outre les enterrements, les Charités participent au service de l'autel. Et ces confréries, venues du fond des temps persistent dans leur volonté de maintenir leurs traditions et de « servir » pendant des siècles encore.

  • Paysages de Normandie: Eglise Notre-Dame de Bailleul-La-Vallée

    L'église de Bailleul paraît dater dans son ensemble de la fin du XII ème siècle.  

     

    De plan rectangulaire, elle comporte un choeur un peu plus étroit que la nef. La construction est en travertin soigneusement taillé et épaulée par des contreforts plats à double glacis.

     

    La muraille de la nef a été abaissé et n'a plus de corniche. Cette nef est éclairée par quatre fenêtres au sud et au nord par deux fenêtres du XIII ème siècle en tiers-point à un meneau et deux lancettes trilobées entourées d'un tore à l'intérieur et d'un biseau à l'extérieur.

     

    Un clocher carré en charpente à flèche octogonale surmonte l'extrémité occidentale de la nef.

     

    Le choeur se compose de deux travées carrées voûtées sur croisée d'ogives profitées en un tore épais; les doubleaux en tiers-point sont décorés d'un simple biseau, il y a inclinaison très sensible de l'axe des compartiments vers les doubleaux et moins nette vers les murailles dépourvues de formerets.

    Les nervures reposent entre les deux travées sur des massifs de colonnes engagées aux bases à griffes et aux chapiteaux à godrons ou à feuilles plates.

    Le choeur est éclairé au sud par deux baies en tiers-point à deux lancettes trilobées et un quadrilobe inscrit dans un cercle et deux petits oculi. L'une de ces baies est du XIV ème siècle et l'autre du XIX ème siècle. Au nord, il prend jour par deux grandes baies de style roman en plein cintre biseauté et souligné par un cordon. La corniche du choeur comprend une série de petits arcs en plein cintre reposant deux par deux sur des corbeaux ornés de moulures ou de têtes humaines grotesques. Une haute sacristie du XVIII ème siècle masque le chevet.