Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

église saint-pierre

  • Village de Normandie: Grand-Camp (eure)

       

     

    Le nom du village provient de la présence d'un camp celto-romain.

     

    L'église Saint-Pierre construite en grès au XV ème siècle, l'imposante et massive tour avec sa flèche octogonale domine fièrement la campagne du Lieuvin.

     

    Plus loin, un calvaire est agrémenté de curieux personnages grandeur nature en terre cuite.

  • Paysages de Normandie: Eglise Saint-Pierre de Fains

    L'église de Fains de plan rectangulaire est d'origine romane; le mur nord de la nef a conservé une petite baie cintrée et ébrasée et un contrefort plat.  

     

    La porte pratiquée au sud de la nef remonte au XIII ème siècle.

     

    Au XVI ème siècle un croisillon unique a été ajouté au sud de l'édifice; il communique avec la nef par une arcade en plein cintre et est percé d'une large fenêtre en tiers point. Ce croisillon porte un haut clocher octogonal en charpente.

     

    L'église est recouverte de berceaux de bois à sablières moulurées reposant sur des chandelles placées sur des socles de pierre.

  • Barbey d'Aurevilly parle de l'Eglise Saint-Pierre de Caen

    « Trébutien m'a conduit voir Saint-Pierre, que le soleil lumineux de quatre heure, un soleil d'argent incandescent, plus que d'Or! Éclairait et fouillait dans tout les méplats de son anatomie d'architecture. Très frappé, quoique l'architecture soit de tous les arts celui qui me touche le moins, mon jugement et ma réflexion admettant bien que c'est le premier, puisqu'il les comprend tous, mais ma sensibilité et mon imagination n'étant pas à son service.

    Derrière le plus haut et le plus admirable monument, il y a de l'espace, et c'est toujours petit, ce que les hommes élèvent, vu à la hauteur du ciel! Je fait exception pour l'architecture romane, qui m'a toujours fait éprouver des tressaillements intérieurs; mais l'architecture romane est une confession du néant de l'homme, tandis que le gothique par exemple, qui veut être, avec de froides pierres, ce que les Pères des Thébaïdes appelaient une ascension du coeur, n'est que l'impuissance de monter jusqu'à Dieu.

    Nonobstant, aujourd'hui, j'ai compris Saint-Pierre, que Trébutien n'hésite pas à regarder comme la plus belle et la plus complète expression de l'idée chrétienne; il en préfère la flèche aux clochers de Chartres, plus hauts, dit-il, mais non plus élevés. L'élévation des monuments comme celle des hommes ne tient point à leur hauteur. »