Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écrivain français

  • Paul Nizan parlant du Pays de Bray

    source: La Conspiration de Paul Nizan 1938

     

    « Autour de Neufchâtel, le pays de Bray est un vaste pays triste et vert, balayé à la mi-saison par les vents salins de la Manche qui remontent les vallées ouvertes derrière Dieppe et Le Tréport. Les hautes falaises de craie qui dominent l'écheveau des champs et des haies vives, le tournoiement des ruisseaux à travers les vergers, les hameaux de bois et de brique blanche et rouge ont l'ampleur sollennelle et réveuse des falaises maritime et sur la route de Neufchâtel à la mer, on attend à chauqe tournant l'apparitin étincelante des vagues. Il se fait sur tout ce pays de grands édifices de nuages, au-dessus des forêts, des herbages où galopent des troupeaux à moitié sauvages de poulains, et de crêtes dénudées où une charrue, une semeuse abandonnées apparaissent parfois sur le ciel comme de grands insectes, des faucheux, des cigales de fer... »

  • Anatole France parlant de la ville de Vernon

    source: Pierre Nozière d'Anatole France

     

    « C'est une petite ville située aux confins de l'Ile de France et de la Normandie, dans l'ancien pays du Vexin. La Seine, bordée de saule et de peupliers, coule à ses pieds; des bois la couronnent.

    C'est une petite ville dont les toits d'ardoise bleuissent au soleil, dominés par une tour ronde et par les trois clochers de la vieille collégiale. La petite ville fut longtemps guerrière et forte. Mais elle a dénoué sa ceinture de pierre, et voici qu'aujourd'hui, silencieuse et tranquille, elle se repose en paix de ses antiques travaux. C'est une petite ville de France; les ombres de nos pères hantent encore ses muraielles grises et ses avenues de tilleuls taillés en arceaux; elle est pleine de souvenirs. Elle est vénérable et douche. Si vous voulez savoir son nom regardez ses armoiries sculptées sur la façade de la Maison-Dieu, fondée par Saint-Louis. Le chez est d'azur, chargé de trois fleurs de lys, car c'était une ville royale et elle porte d'argent à trois bottes de cresson de sinople.

     

    Au reste l'emblême du cresson convient à la modeste ville qui ne s'enorgueillit que de ses jardins et de ses fontaines. Son écu est accompagné d'une devise latine qui fait entendre, par une ingénieuse équivoque, que le printemps n'est pas toujours vert. Mais la petite ville est toujours florissante. « Vernon Semper Viret ». Car la petite ville où je vous ai menés est Vernon. Jespère que vous ne regreterrez point d'y avoir fait une courte promenade. »

  • Stendhal parle de la Baie du Mont saint-Michel

    Extrait de «Mémoires d'un touriste »

     

    « En faisant à pied la longue montée qui précède les première maisons d'Avranches, j'ai eu une vue complète du Mont Saint-Michel, qui se montrait à gauche dans la mer, fort au-dessous du lieu où j'étais. Il m'a paru si petit, si mesquin, que j'ai renoncé à l'idée d'y aller. Ce rocher isolé paraît sans doute un pic grandiose aux Normands, qui n'ont vu ni les Alpes, ni Gavarnie. Ce n'est pas eu que je plains; c'est un grand malheur d'avoir vu de trop bonne heure la beauté sublime »

  • Citations de Jules Barbey d'Aurevilly

    Citations de Jules Barbey d'Aurevilly

    Les crimes de l'extrême civilisation sont certainement plus atroces que ceux de l'extrême barbarie.

    L'égalité, cette chimère des vilains, n'existe vraiment qu'entre nobles.

    Les passions font moins de mal que l'ennui, car les passions tendent toujours à diminuer, tandis que l'ennui tend toujours à s'accroître.