Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

âge du bronze

  • Histoire de Normandie: Des mégalithes à l'âge du Bronze?

    L'âge du Bronze marque la fin de la construction des mégalithes. Les populations de la première phase du Bronze continuent toutefois à utiliser des monuments plus anciens mais cela reste un mouvement de peu d'ampleur qui masque un retour à des pratiques funéraires individuelles.

     

    Ce type de monument continue toutefois à marquer le paysage protohistorique et la place des pierres levées mérité d'être discutée. Sans fouille, il est généralement impossible de dater ces pierres dressées dont l'érection s'étend probablement du Néolithique à la Tène ancienne.

     

    Quelques grandes stèles taillées datent sans conteste du Néolithique, par comparaison avec les exemples bretons, tandis que d'autres, dressées à côté de monuments funéraires appartiennent vraisemblablement à l'âge du Bronze comme à Soulangy dans le Calvados ou Cerisé dans l'Orne.

     

    D'autres sites encore, comme Cerisy-la-Salle dans la Manche, ont livré un dépôt d'objet en bronze au pied d'un petit alignements de menhirs, suggérant au moins que les populations avaient encore une connaissance de ces pierres et qu'elles étaient un repère pour elles.

     

    Toutefois, trop peu d'informations sont disponibles sur ces pierres pour préjuger de leur période d'érection, même si une densification des menhirs durant l'âge du Bronze ne peut-être exclue.

  • Histoire de Normandie: La Nécropole de Malleville sur le Bec.

    À proximité du village de Malleville-sur-le-Bec dans l'Eure, la nécropole occupe une surface minimale d'environ 2 400 mètre carré. On y distingue des enclos funéraires et des fosses à incinération.

     

    Les cercles funéraires sont organisés de manière linéaire et dégressive par rapport à leurs dimensions. Ils correspondent à un fossé ayant probablement entouré un aménagement destiné à recevoir les cendres d'un personnage important de la communauté. La présence de nombreux cailloux dans le comblement des fossés fait envisager l'hypothèse d'un parement de construction en terre ou bien d'un monument en élévation.

     

    Plusieurs dizaines de fosses à incinération ont livré des esquilles d'ossements brûlés, relativement éparpillées dans le comblement, accompagnées de zones cendreuses diffuses et discontinues. Le dépôt funéraire semble avoir été fait en majorité par de petits apports successifs, où les ossements ne sont pas privilégiés par rapports aux cendres. À l'inverse, certains cas évoquent un dépôt plus groupé, peut-être dans un contenant en matière périssable.

     

    Plusieurs fosses, à proximité de fosses à incinération, ne contiennent pas d'ossements mais quelques cailloux. Peut-être font-ils partie d'un aménagement destiné à matérialiser l'emplacement de la tombe.