Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Manger sainement, rejoignez une AMAP!

par Thibault et Caroline

Savez ce qu’est une AMAP ? Je suppose que vous en avez déjà entendu parler… Elles ont fait l’objet de nombreux reportages et d’articles.
Rien de surprenant quand on sait ce qu’elle peut apporter aux adhérents des AMAP. Ce type d’association est apparu dans les années 60-70 au japon, puis en Suisse et en Allemagne. La France, dont l’agriculture est l’une des plus grandes consommatrices de pesticides au monde, est encore à la traîne. La première AMAP s’est constituée en 2001.

Pour commencer, « AMAP » veut dire : « Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ». Comme vous le voyez, il s’agit d’une Association que l’on pourrait qualifier d’entraide. Elle a pour vocation de fournir, toutes les semaines, des paniers de légumes (en grande majorité) et autres produits (fromage, vin, viande, fruits) exclusivement bios aux adhérents de l’association de son secteur. Les adhérents s’engagent à payer à l’avance les paniers qu’ils recevront chaque semaine. Sachant que la somme varie de 11 à 25 euros par semaine, vous multipliez ce prix par un certain nombre de semaine.

Mais l’AMAP, ce n’est pas que cela. En effet, son but principal étant le maintien d’une agriculture paysanne, elle offre la possibilité aux agriculteurs de vendre, à coup sûr, c’est-à-dire toutes les semaines, leur production. Ils ont donc un revenu régulier puisque les consommateurs payent d’avance plusieurs semaines de paniers garnis. Ainsi, ils peuvent voir venir et ne sont plus obnubilés par les problèmes de trésorerie, malheureusement, très courants chez les agriculteurs à l’heure actuelle.

Quand vous adhérez à une AMAP, vous devez signer un contrat qui vous lie à l’agriculteur qui vous fournit les paniers. En tant que contrat, il engage les deux parties signataires : l’agriculteur doit vous fournir toutes les semaines votre panier garni, vous donnez des conseils ou informations sur ses produits et produire, il va s’en dire, du bio ; et vous, vous vous engagez à le payer par avance et à accepter également les aléas climatiques ou autres qui pourraient rendre votre panier moins garni.

Vous bénéficiez de produits bio, ultra frais (ils sont en général récoltés le matin même de la livraison) et surtout bien moins chers qu’ailleurs puisque n’utilisant aucun intermédiaire. De plus vous connaissez l’agriculteur qui vous fournit et la relation commerciale du départ se transforme très rapidement en relation amicale. Vous pouvez ainsi donner votre avis sur les prochaines cultures, indiquer vos préférences, apprendre à connaître de nouveaux produits et de nouvelles façons de les cuisiner et parfois même participer à la récolte (ou à l’arrachage des mauvaises herbes).

Les seuls petits inconvénients que vous pourriez éventuellement rencontrer sont les suivants : Les AMAP sont de plus en plus nombreuses et existent partout en France, mais généralement, elles ont un tel succès, que les listes d’attente sont longues avant que vous puissiez recevoir votre premier panier.
Ensuite, vous devez prendre ce que l’on vous donne, c’est-à-dire des produits de saison. Pas question de manger des tomates l’hiver, par exemple. Bien sûr, je suppose que vous avez compris que je faits de l’humour en parlant de petits inconvénients dans ce cas-là. En effet, pour que notre agriculture soit raisonnée, il est nécessaire de suivre le saisons.
Enfin, vous devez cuisiner. Si vous êtes plutôt du genre surgelé et conserve, n’adhérez pas à une AMAP. Pour les autres, ceux qui aiment cuisiner comme moi, vous vous régalerez doublement : en mangeant des produits bios, d’excellente qualité et vous aurez le plaisir d’inventer chaque semaine des petits plats à partager en famille.

J’ai quand même une petite critique à faire aux AMAP. Il devrait exister des AMAP d’hiver. En effet, comme je cultive mon potager et que j’ai aussi quelques arbres fruitiers, j’ai la chance de pouvoir consommer des légumes très sains pendant la période estivale. Par contre, l’hiver, il ne me reste plus grand-chose, à part quelques conserves maison (difficiles à stocker en grande quantité). Enfin, cela ne concerne que notre cas particulier…

L’essentiel est que les AMAP existent. En plus, elles sont en constante progression. Elles sont à l’heure actuelle plus de 1000 et il s’en crée de nouvelles chaque semaine. Cela démontre l’importance que les Français accordent de plus en plus à la nourriture saine, sans cochonneries de toute sorte, nuisibles à la santé et à l’environnement.

Alors, devenez « amapiens ». Cela ne pourra que vous faire du bien que ce soit pour votre corps ou pour votre porte-monnaie et vous ferez, dans le même temps, un acte militant pour le bien manger, pour le manger sain et sans risque.

Les commentaires sont fermés.