Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrimoine normand - Page 4

  • Orne: Restauration de la basilique d'Alençon

    source:L'Orne Hebdo

    MG_1922-470x313.jpg


    “Nous avons découvert le zizi d’Adam”. Une découverte que l’architecte en chef des Monuments Historiques, Dominique Ronsseray, doit aux travaux de restaurations des verrières Hautes de la Basilique Notre-Dame. Deux baies du XVIe siècle viennent d’être restaurées : “L’arbre de Jessé, naissance de Marie”, et “La création”. Au total, onze verrières datant de 1511 à 1543, vont être rénovées. “La fuite d’Égypte”, “Le sacrifice d’Abraham” et “Le péché” sont les prochaines sur la liste.
    Endommagés par les intempéries, des cailloux lancés ou par les pigeons, les vitraux avaient déjà subi de nombreuses réparations.
    Le nettoyage des baies, sur table lumineuse, dans les ateliers de Vitrail de France au Mans, a permis de découvrir des détails “extraordinaires” du tableau, inconnus à ce jour. “Dans Le Paradis, par exemple, il y a des animaux fantastiques, des baleines, des perdrix”, explique Dominique Ronsseray.
    La première phase des travaux, qui aura coûté 151 292 € HT, a duré sept mois.DSCN4839-469x352.jpg

  • Photos et cartes postales sur la Normandie

  • Normandie: Photos des Andelys et de Gisors

    Bel ouvrage construit par notre bon Duc Richard Coeur-de-Lion en 1198, entre deux étripages pendant les croisades.

    Les-Andelys---Ch--teau-Gaillard-5.JPG

    Le Donjon, tombé aux mains de Philippe II Auguste le 6 mars 1204, ô jour funeste qui marqua la fin de l'indépendance de la Normandie.



    Les-Andelys---Ch--teau-Gaillard-4.JPG

    Le château-fort, non loin du confluent entre la Seine et l'Eure, contrôlait le trafic sur les deux cours d'eau.



    Les-Andelys---Ch--teau-Gaillard-9.JPG

    Mais il n'y a pas que Château-Gaillard aux Andelys. Par exemple, la collégiale Notre-Dame des Andelys, ancienne église Sainte-Clotilde :



    Intérieur majestueux



    Les-Andelys---Coll--giale-Notre-Dame-4.JPG

    et vitraux splendides, dédiés à Sainte Clotilde.



    Non loin des Andelys, il y a Gisors, et son château sur lequel flottent les deux léopards d'or. Ca classe tout de suite.



    Gisors---Ch--teau-1.JPG

    Et
    l'église Saint Gervais et Saint Protais (jumeaux de Saint Vital dans la Légende Dorée de Jacques de Varagine)



    Gisors---Eglise-Saints-Gervais-et-Protais-1.JPG

  • Paysages de Normandie:Le Vexin Normand

    Par Thibault et Caroline


    Ancien Pays de France situé entre l'Oise et l'Andelle, le Vexin est divisé par l'Epte en deux entités propres: le Vexin Français dorénavant Parc Naturel Régional et le Vexin Normand. Cette division remonte au traité de Saint-Clair-sur-Epte de 911 qui vit Charles III le simple céder la Normandie à Rollon. Le Vexin Normand et sa capitale Gisors furent cédés aux Ducs de Normandie et n'intégrèrent le domaine royal qu'en 1204. Le Vexin Français fut pour sa part réuni à la couronne en 1080.

    Territoire de 1225 km² aux frontières tracées par la géographie, le Vexin Normand possède un patrimoine et une richesse naturelle de premier plan

    facilement accessibles et diversifiés. Vestiges de châteaux forts, abbayes et villages de charme s'y mêlent harmonieusement avec les remarquables bords de Seine, les vallées de l'Epte, de la Lévrière et de l'Andelle, la forêt de Lyons ou encore le plateau du Vexin. Des itinéraires tout en image avec des lieux à ne rater sous aucun prétexte comme Château-Gaillard, le Château de Gisors, les Abbayes de Fontaine-Guérard et de Mortemer, les châteaux de Vascoeuil et Fleury la Forêt, le village de Lyons la Forêt...

  • La cathédrale de Sées

    Image Hosted by ImageShack.us

    époque de construction : 13e siècle
    année de restauration : 1849
    auteur de la restauration : Ruprich-Robert Victor (architecte)
    historique : Une première cathédrale a été édifiée en 440, puis détruite par les invasions normandes. L' édifice a été reconstruit plusieurs fois au cours des 11e et 12e siècles. Elle a été à nouveau détruite en 1174 par un incendie, puis reconstruite au siècle suivant. Le choeur a été achevé à la fin du 13e siècle. Suite aux destructions de la guerre de Cent Ans, l' édifice a été réparé au cours du 15e siècle. Les contreforts ont été mis en place au 16e siècle. Des travaux de restauration ont été entrepris avant la Révolution, puis par Victor Ruprich-Robert en 1849.
    propriété de l'Etat
    date protection MH : 1875 : classé MH
    Cathédrale Notre-Dame : classement par liste de 1875

  • Château du Champ de Bataille

    par Marc

    champ_bataille_jardin_diapo_2

    En 935, une grande bataille s'est déroulée entre deux familles sur le site du château : celle qui régnait sur le Cotentin, menée par Guillaume Longue Epée, et celle de Robert le Danois. La première famille a gagné, et grâce à cette victoire, la Normandie a conquis son indépendance. Plusieurs châteaux se sont sans doute succédé sur le site du 'Champ de Bataille'.

    D'autres sources indiquent que la toponymie commémore une victoire de la famille d'Harcourt sur sa rivale des Tancarville.

     

    En 1651, Alexandre de Créqui, frondeur et ami du prince de Condé, est exilé par Mazarin, qui gouverne la France pendant la minorité de Louis XIV. On le condamne à résidence. Créqui décide alors de se faire construire un palais magnifique qui lui rappellerait les fastes de la Cour qu'il n'allait jamais plus connaître. Quelques générations plus tard, Anne-François d'Harcourt, duc de Beuvron et gouverneur de Normandie fit de 'Champ de Bataille' sa résidence principale, décidé à montrer sa puissance et son pouvoir. A cette époque, le château était très délabré et les décors du XVIIe siècle irrécupérables. D'Harcourt entreprit alors d'énormes travaux pour rétablir les fastes d'antan. Mais la Révolution a interrompu cette tâche gigantesque, qui est restée inachevée. Comme beaucoup de maisons nobles à cette époque, le château fut pillé, puis abandonné pendant de longues années. Au retour de la monarchie, le domaine fut vendu et il passa de main en main durant tout le XIXe siècle.

    champ_bataille_jardin_diapo_5

    Situé à 5 kilomètres du Neubourg, le château du Champ de Bataille est l'une des plus fastueuses demeures de Normandie.

    Ce palais ducal édifié au XVIIème siècle par le comte Alexandre de Créqui, servit tour à tour d'habitation pour la famille d'Harcourt jusqu'à son pillage en 1795, puis, au XXème siècle, d'hospice, de camp de prisonniers de guerre, et enfin de prison pour femmes.

    En 1947, le duc d'Harcourt le racheta et commença les travaux de restauration.

    champ_de_bataille_diapo_1 champ_de_bataille_diapo_2

    L'édifice se compose de deux constructions jumelles en brique et pierre, disposées de part et d'autre d'une vaste cour d'honneur. L'intérieur est aménagé de riches décor et mobilier. Splendides tapisseries de Bruxelles du XVIème siècle, salon de marbre, collections d'antiques, chambre d'apparat au lit Louis XIV paré de fines broderies à motifs chinois sur fond de fils d'or et de soierie…Toutes les pièces du château sont un pur émerveillement.

    La visite s'achève par la chapelle des XVIIème et XVIIIème siècles, dédiée à saint Alexandre. Enfin, une balade dans le parc s'impose : sur un territoire vaste de 100 hectares prennent place de nouveaux jardins à la Française, le Jardin des Dieux, reconstitués tels qu'ils pouvaient l'être au XVIIème siècle.

    Le château du Champ-de-Bataille, sis en Haute-Normandie, au Neubourg, dans l'Eure, a été édifié au XVIIe siècle pour le maréchal de Créqui.

    Chateau_Champ_de_Bataille_011



    Ayant connu de nombreux propriétaires tout au long du XIXe siècle, le château fut acquis par le duc d'Harcourt, chef de famille des seigneurs d'Harcourt, en compensation de la ruine du château de Thury-Harcourt lors de la bataille de Normandie de 1944. Le millénaire de la famille d'Harcourt, réunissant les branches française et anglaise, y fut célébré dans les années soixante. A la fin du XXe siècle le château fut racheté par le décorateur Jacques Garcia qui le rénova entièrement et qui poursuit actuellement la création de jardins à la française.

  • Eglise paroissiale d'Acquigny classé au Monument Historique

    800px-Acquigny_-_Eglise_fa%C3%A7ade.jpg800px-Acquigny_-_Choeur_%C3%A9glise.jpg

    Par Caroline

    église paroissiale construite de 16e siècle ; 2e moitié 18e siècle exactement de 1756 à 1768

    Il ne reste pas de trace de l' édifice médiéval. Choeur reconstruit vers 1545. Nef reconstruite entre 1552 et 1572. Ensemble repris 2e moitié 18e siècle : en 1756 la nef est reprise, en 1768 est construit l' arrière-choeur. Façade ouest édifiée avant 1788 par Charles Thibault ainsi que le clocher. Décor des chapelles par Laminne, 2e moitié 18e siècle. Loge de charité du 19e siècle. Patronage : l' abbaye de Conches (Eure)

    L'église est la propriété de la commune et elle est classée au Monument Historique depuis 1975. Il existait à Acquigny un groupe de Charitons.


  • Rond-Point du Major Thomas Dry Howie à Saint-Lo

    Ce monument à la gloire du Major Howie mort pour la libération de Saint-Lo.en 1944.

    Concernant la ville de Saint-Lo, il y a un parcours historique. Vous allez être drôlement marqué par la reconstruction de l'Eglise Notre-Dame qui a subi des dommages pendant la seconde guerre mondiale.

    Ce qui reste de la prison (détruite en dans la nuit du 6 au 7 juin 1944) a été réutilisé comme Mémorial en l'honneur des victimes de la répression nazie.