Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

normandie - Page 3

  • le four à pain de la pannevert à Rouen

    C'est un événement rare qui n'a lieu qu'une fois par mois, été comme hiver. Depuis plusieurs années, quelques bénévoles, passionnés de l'histoire industrielle seinomarine, redonnent vie au four à pain de la Pannevert de Rouen. Sur les rives du Robec, chaque deuxième vendredi du mois, ils ravivent l'âtre de ce four traditionnel et le chauffent pendant une journée pour qu'il délivre le meilleur de lui-même à l'heure d'enfourner de lourds pains, modelés pour l'occasion.

     

    C'est donc en fin d'après-midi, vers 17heures, que parents et enfants sont invités à assister au rituel de la cuisson du pain. L'occasion de se souvenir de l'histoire de ce lieu, réédifié pierre par pierre et toujours entretenu par le Centre d'Histoire Social (CHS) de Rouen. Une façon aussi de connaître quelques secrets sur la cuisson du pain, savamment distillés par les bénévoles de l'association. Et ce, toujours avant le moment le plus délicieux de cette découverte : la dégustation.q

     

    Plus d'infos : Cuisson de pain au four de la Pannevert, les 1er et 3ème vendredis du mois de 17 à 19h 

    • Centre d’Histoire Sociale, Maison des sciences et des techniques de Haute-Normandie, Moulin Saint-Gilles, 13 rue Saint-Gilles, Rouen • 02 35 08 08 41 • contact@expotec103.com • http://www.expotec103.com

  • Culture de Normandie : poème sur le fromage "le Petit Lisieux"

    Par A. Blacher.

     

    Du Livarot, ça se sent,

    En directe, en droite ligne,

    Le petit Lisieux descend ;

    De l'aieul le fils est digne.

    Un peu moins fort de bouquet

    Que son illustre grand'père ;

    Plus élégant, plus coquet,

    Le beau sexe le préfère.

     

    On dit que Monsieur Chéron ;

    Qui notoirement l'adore.

    A voulu qu'on en décore,

    Dernièrement son blason.

    Se peut-il donc qu'un fromage

    Soit à ce point délicat !,

    Pour mériter tel hommage

    D'un secrétaire d'état.

  • Culture de Normandie : poème «L'andouille de Vire » par A. Bleicher.

     

    J'me disais : d' l'andouille de Vire,

    Faut que j'm'en paie eun' bientôt ;

    Ça vaut même' mieux, qu' j'entends dire,

    Qu' du poulet et qu' du gigot.

     

    L'andouill' fait bien dans l'ménage,

    Son effort est merveilleux ;

    Y paraît qu' ça l'avantage

    D' rendre l'homm' plus amoureux !

     

    Moi qui vient d' prendre eun' jeun' femme,

    Et l'aim' du fin fond du coeur,

    D' dix degrés croîtra ma flamme

    Pour un mari quel honneur :

     

  • Culture de Normandie: Poème "à la campagne" de Florence Mary Hacquoil

     

     

     

    À la campangne tout est paisibl'ye 
    N'y a pas dé brit comme dans la ville; 
    Nou-s-entend les ouaîsieaux chanter, 
    Et dans les clios nou peut s'prom'ner.

    Dans les côtis y'a des lapîns,
    Des flieurs sauvages lé long des c'mîns
    Et l'ieau tchi s'en va murmuthant
    Dans les cannieaux tout en couothant.

    L'air pur qué nou peut respither 
    Donne à tout l'monde eune bouonne santé; 
    N'y a pon de faches pales et maigrinnes 
    Et les avièrs ont raide bouonne minne.

    Toute la natuthe dans sa bieauté 
    Nos donne la chance dé méditer; 
    Et j'pliains bein ches médgians en ville 
    Tchi n'connaîssent pon la vie trantchille.

     

  • Culture de Normandie : Poème d'Eugène Le Moël sur les Normands

    Retournez au paradis d'Odin,

    Ancêtre souple comme un daim,

    Fort comme un ours, haut comme un hêtre !

     

    Retourne vers tes compagnons,

    Dis-leur nos gestes et nos noms,

    Dis leur surtout, ô rude ancêtre,

     

    « Que les flots nous tentent toujours,

    Que nous semons dans vos labours

    Et que la Normandie est Belle

    Qu'ils sont toujours forts les Normands

    Toujours libres, toujours aimants,

    Et que la race est éternelle ! » 

  • Culture de Normandie: Mesures pour des liquides en normand.

    source : Le Bréviaire des Normands

     

    Le pot vaut 2 litres

    La pinte vaut 1 litre

    La chopine vaut 50 centilitres

    le démion vaut 25 centilitres

    Le petit pot vaut 10 centilitres

    La demoiselle vaut 5 centilitres

    Le misérable vaut 2 centilitres  

  • Culture de Normandie : la Danse des Olivettes.

     

    On place sur le sol en triangle, trois chandelles allumées ; chacun à tour de rôle doit danser en passant entre elles sans les souffler ; c'est à la fois une danse et un jeu, car celui qui soufflait par mégarde l'une des chandelles doit payez une amende.

     

    Cette danse est accompagnée d'une chanson dont voici le refrain :

     

    Li lan la, laissez -les passer

    Les i, les o, les belles olivettes ;

    Li lan la, laissez-les passer

    Les belles olivettes après souper.

  • Histoire de Normandie: Le mot normand «Carabot»

     

    Un Carabot est un ouvrier des quartiers populeux de Rouen.

     

    Ce mot remonte qu'à 1789.

     

    Il servit de mot de ralliement à une bande de républicains qui avait pour chef le nommé Bordier (comédien jouant le rôle d'arlequin) et qui se signala dans les environs de Rouen.

     

    Bordier fut condamné à mort et pendu pour ses actes violents en faveur de la République.  

  • Chanson normande : Le curé de d'cheux nous est un gaillard curé.

     

    podcast

    Le curé de d'cheux nous

    est un gaillard curé

    Le curé de d'cheux nous

    est un gaillard.

    Pirouette

    est un gaillard

    Pirouette

    est un gaillard curé.

     

    Il s'en va voir les filles

    les filles après l'souper.

     

    Rencontre une demoiselle

    Qui allait traire ses vaches.

     

    Bonjour ma demoiselle

    Que me donneriez-vous

    Si j'allais traire vos vaches.

     

    Un baiser sur la joue

    Et une bague au doigt.

     

    Le curé prit les siaux

    Et s'en fut traire les vaches.

     

    La vache était jinguette

    Et o' tapa dans l'siau.

     

    Le lait fut renversé

    Et l'curé culbuté.

     

    Voilà la triste histoire

    d'un p'tit curé d'canton

    Qui allait voir les filles

    Les filles après l'souper.  

  • Dictons normands pour le mois d'octobre

     

     

    • En octobre, si tu es prudent achète grains et vêtements.

    • Octobre ensoleillé, décembre emmitouflé.

    • À la Saint Rémy, de semer on doit avoir fini.

    • À la Saint Léger, il ne faut pas semer, sinon le grain est comme le saint.

    • À la Saint François vient le premier froid.

    • Quand arrive la Sainte Fleur pour aller au verger ce n'est plus l'heure.

    • À la Saint Denis ramasse tes fruits.

    • Temps sec à la Saint Ghislain annonce un hiver d'eau plein.

    • À la Saint Firmin, l'hiver est en chemin.

    • Saint Wilfried ensoleillé, deux jours plus tard emmitouflé.

    • Souvent au 15 octobre, le temps s'apaise, c'est l'été de la Sainte Thérèse.

    • Souvent à la Sainte Hursule, le froid d'un pas recule.

    • Pour la Saint Vallier, le bois doit être rentré au bûcher.

    • Souvent à la Saint Florentin, l'hiver lisse le chemin.

    • À la Saint Crépin, les mouches voient leur fin.

    • À la Saint Dimitri, le froid est bien pris.

    • À la Sainte Simone, il faut avoir rentré ses pommes.

    • Si octobre est chaud, en février la glace est au carreau.