Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

calvados - Page 4

  • Visite historique de Trouville-sur-Mer

     

    Village de pêcheurs mis à la mode en 1825 par le peintre Charles Mozin. Alexandre Dumas y vint en 1829.

     

    Place du Maréchal Foch: Le casino a été construit en 1911 par Alexandre Durville. Le chalet Mozin a été construit en 1846 pour Charles Mozin.

     

    Boulevard Fernand Moureaux:

    • l'Hôtel de Ville a été construit en 1911 par Laurent et Paul Farges.
    • La poissonnerie a été construite en 1936 par Maurice Vincent dans le style Néo-Normand, béton et imitatoion de pan-de-bois. Le style Néo-Normand a été mis à la mode par Fernand Moureaux, in dustriel et maire de Trouville à partir de 1934

    Eglise Notre-Dame-des-Victoires: Elle a été construite entre 1841 et 1850 par un certain Desplants.

    Le Palais normand: bâtiment de style Néo-Normand construit dans les années 1930.

    Eglise Notre-Dame-du-Bon-Secours: elle a été construite en 1867 et remaniée entre 1883 et 1884 par Adrien Jory et Henri Toutains. Le massif de la façade date de 1867 et rappelle celui de l'église parisienne de la Trinité. Le reste ainsi que le mobilier est dans le style Néo-Gothique. Les vitraux sont du maître-verrier Duhamel-Marette et ils datent de la fin du XIX ème siècle.

    Rue du Général Leclerc:

    • Villa Montebello, construite en 1866 par Jean-Louis Celinsky de Zaramba pour la Marquise de Montebello qui était la petite-fille du Maréchal de Lannes.C'est actuellement un musée où il y a des peintures d'Alexandre Antigna, Eugène Boudin, Raoul Dufy, Théodore Frèret, Eugène Isabey, Charles Moxin, Charles Pécrus.
    • Hôtel des Roches-Noires: villa construite en 1866 par Alexandre Crépinet. Le hall a été aménagé en 1924 par Rob Mallet-Stevens.

     

    Rue des Roches-Noires: la villa Persane, elle a été construite en 1859. elle est de style Oriental.

    Rue d'Aguesseau:Château d'Aguessau, construit au début du XVII ème siècle, il est en brique et pierre. Il a été probablement construit pour Hélie de Nollent et Jeanne d'Harcourt. Il porte le nom d'Henri-François d'Aguesseau, il l'avait acquit lors de son mariage en 1729.

  • Eglise Saint Sulpice de Secqueville-en-Bessin

    La nef est de la fin du XI ème siècle. Le transept et la tour de croisée sont du début du XII ème siècle. La flèche date du XIII ème siècle.

     

    La tour a été plusieurs fois reconstruite, notamment après la seconde guerre mondiale.

     

    Le décor d'arcatures courronant à l'extérieur les murs de la nef rappelle le décor de l'église Saint Etienne de Caen, mais c'est normal l'église de Secqueville en dépendait.

     

    Le décor géométrique en relief méplat des écoinçons de la nef rappelle le décor des écoiçons romans de la Cathédrale de Bayeux.

  • Le Château de Thury-Harcourt dans le Calvados

     

    En 1635, Odet d'Harcourt fait construire un château formé de pavillons en appareil mixte schiste et calcaire.

     

    En 1700, la terre de Thury est érigée en duché sous le nom d'Harcourt au profit de Henri d'Harcourt, Maréchal de France. Celui-ci remanie et agrandit le château. Il fait construire un grand logis sur l'arrière, maintenant entièrement détruit.

     

    Des travaux du début du XVIII ème siècle, il reste le décor intérieur et la chapelle ovale.

     

    Le Pavillon dit de Fantaisie, a été construit en 1753 pour François-Henri d'Harcourt, Duc d'Harcourt et Comte de Lillebonne, auteur d'un traité sur les jardin. Il avait dessiné au XVIII ème siècle, un jardin à l'anglaise avec des fabriques. Maintenant c'est un jardin fleuriste.

     

    On peut voir dans la chapelle, un autel avec bas relief réalisé par Rémi Chauveau, sculpteur parisien, élève de Girardon et de Philippe Caffiéri. Il est mort en 1722.

     

  • Village de Normandie: Saint Manvieu-Norrey dans le Calvados

    Château du Grand Marcelet: Le Marcelet est un hameau situé sur la route de Caen à Caumont. Prendre une route à gauche juste avant l'entrée dans le hameau en venant de Caen. Il est attribué ) Jacques-François Blondel qui a réalisé aussi le château de Vendeuvre. Il date du milieu du XVIII ème siècle.

     

    Château de La Mare: Cours-Sainte-Catherine-de-Sienne. Tourner à gauche à la sortie du Marcelet. Il a été construit entre 1623 et 1632, pour Pierre Le Marchant, trésorier général de France en Normandie.

     

    Chapelle funéraire: dans le cimetière de Saint-Manvieu-Norrey. Chapelle construite en 1605 par Remy du Rosel pour Pierre Le Marchant. Cette chapelle faisait partie de l'église détruite en 1944. le dessin des chambranles des fenêtres est tout à fait singulier.

  • Tradition de Normandie: La Saint Ortaire le 21 mai

    On fête ce jour un très grand saint Normand qui ne figure pas dans le calendrier civil français: Saint Ortaire.

     

    Il naquit vers 482 dans le diocèse de Coutances. Ortaire prit très jeune l'habit au monastère de Beaumesnil dans le Calvados. Il fonda plus tard un monastère dans la Forêt d'Andaine. De temps à autre, Ortaire se retirait dans la solitude d'une grotte sitée sur la commune de Beaumesnil.

     

    À l'âge de cinquante ans, il fut nommé abbé de l'Abbaye de Landelles dans le Calvados, où il opéra plusieurs miracles. Il mourut dit-on à l'âge quatre-vingt-dix-huit ans, le 15 avril 580 et fut inhumé à Landelles.

    Saint Ortaire est fêté le 21 mai, date à laquelle on transféra son corps de la chapelle de la Vierge, où il était initialement inhumé, à la chapelle qui lui était dédiée.

     

    Tous les 21 mai, les pèlerins venus de Saint-Michel-des-Andaines et de La Ferté-Macé dans l'Orne se rendaient en procession à la Fontaine Saint Ortaire pour y soigner la lèpre et les affections cutanées de tout genre. Afin que le mal les quitte et passe dans les pierres, ils disposaient de petites pierres plates dans les fourche des branches du taillis proche de la fontaine.

     

    Les petites pierres déposées par les pèlerins se superposaient et formaient ce que l'on appelait les « châtiaux » qui rappelaient au souvenir du saint ceux qui étaient venus le prier pour les guérir.

     

    Un seul homme s'avisa un jour de railler le saint: c'était un paysan qui ramassait ses pommes et agacé par les dévotions qui étaient faites au grand saint dont la statue lui faisait face, il prit alors une pomme et la lui lança au visage: mal lui en prit car son bras resta paralysé dans son geste, devint sec, roide et douloureux jusqu'à ce qu'il eût fait une neuvaine pour réparer ses torts et avouer son repentir.

  • Eglise Saint Cyr de Noron l'Abbaye

    Elle date du XIII ème siècle. Portail à deux rangées de colonnes mutilées.  

     

    Choeur de deux travées bordé à l'extérieur et à l'intérieur par une arcature.

     

    Tour à l'extrémité du choeur. La position de cette tour est exceptionnelle. La nef actuelle semble datée du XVIII ème siècle.

  • Eglise Sainte Anne de Norrey en Auge

    La nef, la tour de croisée et le transept datent du XI ème siècle et date d'une implantation éphémère d'un monastère de la règle de Saint Benoit.

     

    La nef est de style Roman Normand: Alternance de piliers quadrangulaires et de colonnes rondes avec chapiteaux archaïques.

     

    Le choeur date du XIII ème siècle.

     

    Peintures murales du XII ème siècle représentant « l'Entrée du Christ à Jérusalem » et « l'Adoration des Mages »

     

    Peinture murale du XIII ème siècle représentant « la Dormition de la Vierge »

     

    Maître-Autel de 1862 remployant des panneaux en haut-relief de la fin du XVI ème siècle représentant « l'Annonciation », « L'Adoration des Bergers » et « l'Adoration des Mages »

     

    Le vitrail de 1874 regroupe des fragments de vitraux de la fin du XIII ème siècle représentant « La Visitation » et « Sainte Marguerite »

  • Tradition de Normandie: La Saint Honoré

     

     

    Les boulangers de Normandie, faisaient la fête, le 16 mai venu. Les très nombreuses confréries auxquelles ils appartenaient étaient mises sous le patronage de Saint Honoré. Leurs armoiries représentaient soit l'image du Saint, soit encore la pelle du boulanger.

     

    Le 16 mai, qui eut pu, mieux que les boulangers, offir le pain bénit! La confrérie de Saint Honoré de Bayeux était spécialement considérée pour le pain bénit qu'elle offrait.

     

    Saint Honoré a depuis lors donné son nom à une pâtisserie connue: Le Saint-Honoré. C'est un choux à la crème Chantilly que les pâtissiers ont ainsi baptisés après s'être joint aux boulongers.

     

     

  • Château de Manneville dans le Calvados

    Domaine acquis en 1613 par Antoine Turgot de Saint-Clair. Le corps de logis a été contruit pour son fils Jacques Turgot, conseiller au parlement de Normandie et intendant de Normandie, mort en 1659.

     

    Les deux ailes en retour ont été ajoutées pour son petit-fils à la fin du XVII ème siècle. La terrasse et la chapelle ont été construites pour Benoit-Antoine Turgot, conseiller au Parlement de Paris, au début du XVIII ème siècle.

     

  • Tradition de Normandie: Les mais aux jeunes filles

    Le 1er mai était associé à l'amour et au renouveau dans notre région. À l'origine les jeunes parcouraient la campagne dans la nuit du 30 avril au 1er mai en chantant des hymnes. Les jeunes hommes plantaient des mais en l'honneur des jeunes filles que l'on voulait honorer en cette période consacrée à la Vierge.  

     

    Les jeunes gens partaient seuls dans la nuit, pour aller couper les mais qu'ils désiraient placer devant la porte de chacune. N'allez pas penser que toutes les jeunes filles s'en trouvaient honorés. Il y avait un véritable langage des mais par lequel les jeunes gens approuvaient ou condmnaient la conduite des jeunes filles de leur village.

     

    Lorsque, au matin, les jeunes filles sortaient précipitamment pour constater le sort que leurs avaient réservé les jeunes gens certaines se trouvaient fort désagréablement surprises.

    Le mai planté à leur porte indiquait à qui voulait le savoir, le défaut qu'on leur reprochait!

     

    Voici le langage des mais que connaissaient parfaitement les jeunes filles de Normandie:

     

    • le sapin= amitié, amour ou respect

    • l'épine blanche= virginité

    • l'ortie blanche= moquerie

    • le sureau= veru douteuse

    • la ronce= mauvais caractère

    • le houx= le mépris, le dédain.

     

    Le pire de tout les mais était bien la carotte assortie de deux pommes de terre; il n'est guère besoin de préciser que la vertu de la jeune fille n'était plus seulement douteuse.