Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

calvados - Page 2

  • Gastronomie Normande: le Calvados Magloire

  • Petite promenade dans Pont-L'Evêque

     

    distance: 1km5. Durée: 1h30.

     

    1. Départ de l'église Saint Michel . Cette église possède une nef et un choeur de style Gothique qui sont éclairés par des vitraux contemporains. Une tour massive, fortifiée, surmontée d'un beffroi très particulier car couvert d'ardoise. Le parcours remonte la rivière sur sa rive droite vers d'autres champs est accessible en traversant le pont par quelques marches au niveau de l'Office du Tourisme.

    2. Revenir par la rue Saint Michel. Au numéro 38, l'Hôtel Montpensier qui date du XVII ème siècle et qui est maintenant une bibliothèque.

    3. Plus loin sur la droite, après le passage du pont sur l'Yvie, dans la rue Vieille, on peut voir l'Hôtel de Brilly datant des XVII ème et XVIII ème siècle, qui accueille l'Hôtel de Ville.

    4. Prenons la direction du vieux quartier de Vaucelles.

    5. Revenir vers l'est par la rue de la Vicomté vers l'église Saint Michel. Au croisement avec la rue Eugène Pian, on peut voir l'ancienne prison qui date du XIX ème siècle.

     

    On peut voir une autre curiosité avec l'église Saint Mélaine

     

     

  • Paysage de Normandie: Eglise de Vienne (Calvados)

    eglise de vienne.jpg

     

    Elle est dédiée à Saint Pierre.

    vienne 3.jpg

    La nef et le clocher sont de style Roman. Le choeur a été refait. Au sud, le portail est décoré de motifs géométriques. Le clocher comprend au-dessus d'une haute-souche de deux étages, un étage dont chaque angle est occupé par une mince colonne.

    vienne5.jpg

    église de vienne 2.jpg

    Une triple arcade le décore.

    vienne4.jpg 

  • Paysage de Normandie: Eglise de Vieux-Pont-en-Auge

    vieux pont en auge 2.jpg

    L'appareil de ses murs faits à la manière gallo-romaine de lits de brique noyés dans la maçonnerie, et ses étroites fenêtres bordées d'un triple cordon de brique qu'on devine entre les baies modernes, tout cela inclinait certains historiens à penser qu'il s'agissait d'une église datant du VI ème siècle.

    vieux-pont en auge1.jpg

    On sait maintenant qu'il s'agit d'une église datant du X ème siècle. Le portail de style Néo-Roman date du XIX ème siècle. La simple nef et le chœur plus étroit sont flanqués au nord, d'un clocher carré d'une masse assez fruste et que couronne une pyramide à assises superposées. Ce clocher paraît être du XI ème siècle.

  • Village de Normandie: Vierville-sur-Mer

    manoir du veaumicel.jpg

    Manoir du Veaumicel: Il date du XVI ème siècle mais il se trouve sur des substructions du XIV ème siècle. Il a conservé une disposition médiévale avec son enceinte carrée flanquée aux angles de tours rondes en poivrière, qui défend un corps de logis protégé lui-même à chacun de ses angles par une tour ou une tourelle en encorbellement.

    Ce manoir appartenait lors de sa construction à la famille Canivert.

    C'est actuellement une chambre d'hôtes.

     

    L'église: le clocher de l'église a été abattu au cours des combats du Débarquement sur Omaha Beach lors de la Seconde Guerre Mondiale.

  • Expression Normande: Couple en vaut mieux que la Douzaine

    Se dit en parlant de personnes peu recommandables et surtout à propos d'enfants difficiles ou peu doués.

     

    L'auteur Raymond Mensire fait dire à une mère de famille qui voit sa famille s'amouracher d'un «  grand quinze côtes » qui n'a pas d'incâmeau: « J'te garantis que s'oeufs accouvis d'çu coq-là don'nont des drôles de pouchïns; l'couple en vaudra mieux qu'la douzaine

    extrait du livre Le Patois Cauchois édité en 1939 et réédité en 1976.

     

    On atteste la présence de cette expression dans le Sud Cotentin, l'ouest de l'Orne, l'ouest du Calvados et l'ensemble de la Seine-Maritime et de l'Eure.

  • De la Touques à la Dives

    De l'embouchure de la Touques à celle de la Dives, s'étend une côte presque rectiligne, long chapelet de plages sablonneuses et de digues promenades qui en font le paradis des familles.

     

    Les stations y sont nombreuses, adossées à de vertes campagnes dont le charme est parfois quelque peu troublé par le foisonnement des campings!

     

    Bénerville-sur-Mer et Blonville-sur-Mer mêlent leurs villas sur la falaise et au pied du Mont-Cérizy.

     

    Villers-sur-Mer, plus ambitieux, a son casino et ses fêtes. L'arrière-pays est vallonné et moins fréquenté. La plage s'allonge sur plusieurs kilomètres jusqu'aux curieuses falaises des Vaches-Noires. Celles-ci constituent le rebord du plateau d'Auberville, rongé par les marées et dont les blocs écroulés affectent des formes étranges et sombres qui leur ont valu leur nom.

     

    La route de la corniche se poursuit vers Houlgate, qui se veut « la perle de la Côte Fleurie ». Une belle digue-promenade s'étend devant les villas. Houlgate s'appelait auparavant Beuzeval, elle fut très fréquentée à la Belle Époque. On y vit Zola, Saint-Saens, Debussy et quantité de ducs et princesses.

     

    De même, ne peut-on parler de Cabourg, sans évoquer Proust qui l'a fréquentée de 1907 à 1914. dans son roman A la recherche du Temps Perdu, il a longuement dépeint les aspects, les estivants et les mœurs de Cabourg qu'il a rebaptisé Bolbec

     

    de l'autre côté de la Dives, le bourg de Dives-sur-Mer peut aussi prêter à rêver sur un lointain passé. Car le port d'où, Guillaume, duc de Normandie, embarquait avec 50 000 hommes d'armes à bord de 3000 bateaux pour traverser la Manche, fut ensablé au fil des siècles.Et réussir au XI ème siècle, la conquête de l'Angleterre. Il fut sacré Roi d'Angleterre le 25 décembre 1066 à Westminster.

  • Le Manoir de la Pipardière à Livarot

    Il date de la fin du XVI ème siècle. C'est un long corps de bâtiment à pans de bois, constitué par des poteaux verticaux montant sur la façade depuis le soubassement de pierre jusqu'au comble

     

    Sur la façade postérieur, l'étage, auquel on accède par un escalier de pierre extérieur, est protégé par un toit débordant en encorbellement.

  • Honfleur, Le Pays du « Roi des Ciels »

    Le brun, l'ocre et le gris métallique dominent à tour de rôle selon que la lumière du jour choisit de jouer sur la pierre, la brique, le bois ou l'ardoise des vieilles maisons du quai Sainte Catherine. En face, le quai Saint Étienne est dominé par la massive lieutenance et la vieille église Sainte Étienne.

     

    Derrière les hautes façades guindées des quais s'étend le vieux quartier de l'Enclos, où les belles maisons des XVI ème et XVII ème siècles bordent les petites rues étroites et animées. Trop précieuse, la vieille ville fut autrefois protégée par des murailles et un réseau de douves.

     

    Par-delà l'Enclos, la rue Haute et les rues avoisinantes alignent les riches demeures d'armateurs qui firent fortune en sillonnant les mers. La richesses des hôtels particuliers, aux ferronneries finement travaillées, témoigne de la prospérité du Honfleur des XVI ème et XVII ème siècle.

     

    Avec le XIX ème siècle, Honfleur devient une destination privilégiée pour les paysagistes, qui choisissent de travailler à la Ferme Saint-Siméon, autour d'Eugène Boudin, l'enfant du pays sacré par ses cadets impressionniste « Roi des Ciels »

  • Venez-nous rejoindre sur la page Facebook de Jeune Normandie

    Nous vous conseillons de venir discuter avec nous sur notre page facebook.

    Nous publions d'autres informations en rapport avec la Normandie qui ne sont pas sur le blog. 

     

     

     Jeune Normandie

    Faites également la promotion de votre Page