Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire de la Normandie - Page 3

  • Ville de Normandie: Bellême

     

    Sur la frange orientale du département, les collines boisées du Perche forment la frontière entre la campagne variée de l'Orne et les plates plaines à blé de la Beauce.

     

    Bellême est perché sur une éminence de 225 mètres et domine donc largement les alentours.

     

    La forteresse médiévale fut assiégée en 1229 par les troupes de Blanche de Castille accompagné du futur Louis IX qui avait onze ans. Les troupes françaises s'emparèrent de la place forte et délogèrent Pierre de Meauclerc qui tenait la place pour le compte du Roi d'Angleterre.

     

    Il reste de ce château, une massive porte fortifiée avec les montants de sa herse. On la découvre sur le chemin qui mène de la paisible place principale à la rue de la Ville-Close. Cette rue est bordée de demeures datant des XVII ème et XVIII ème siècles

     

    La plus belle est certainement l'Hôtel de Bansard des Bois dont l'élégante façade intérieure se reflète dans les anciennes douves.

     

    Son allure seigneuriale a autorisé Bellême à revendiquer le titre de Capitale du Perche, malgré des siècles de contestation avec sa voisine Mortagne-au-Perche situé à dix kilomètres au nord.

  • Village de Normandie: Ry

    Une rue principale qui se rétrécit et s'élargit de nouveau après avoir traversé le Crevon, des devantures discrètes qui se font face avec une apparence de prospérité tranquille. Rien dans ce village et sa vallée paisible n'évoque le malheur ou le scandale.

     

    Pourtant en 1854, comme l'atteste une pierre tombale du cimetière, la fin tragique d'une jeune femme fut sûrement au centre de toutes les conversations. Delphine Couturier, la femme jeune et jolie du docteur du village, avait une liaison avec un gentilhomme campagnard du coin; chaque jour, elle quittait furtivement sa maison pour le rejoindre chez lui, au Manoir de la Huchette.

    Si le sort malheureux de Madame Couturier, qui s'empoisonna lorsqu'elle se sentit perdue.

     

    Cette triste histoire est parvenue aux oreilles de Gustave Flaubert qui écrira son célèbre roman «Madame Bovary »

     

    Les habitants de Ry ont su mettre à profit cette triste histoire; des visites guidées mènent à sa maison et les visiteurs examinent avec curiosité la barrière par laquelle Delphine Couturier se glissait hors du jardin.

     

  • Village de Normandie: Villequier.

    À quelques kilomètres en aval de Caudebec-en-Caux, dans l'une de ses boucles les plus spectaculaires, la Seine s'élargit en face d'un village ravissant: Villequier.

     

    Situé sur la rive droite au pied d'une pente boisé, il fut le berceau de générations de marins, de pêcheurs et de pilotes.

     

    Les quais bordés de maisons élégante, offrent une promenade sympathique. La plus belle demeure abrite un musée consacré à Victor Hugo. Il fit des séjours réguliers chez son ami Auguste Vacquerie, fils d'une riche famille d'armateurs.

     

    En 1843, on célébra le mariage de Charles Vacquerie (frère d'Auguste) avec Léopoldine Hugo.

    Six mois à peine après ce mariage, ils se noyèrent au cours d'une promenade en bateau sur la Seine. Le couple fut enterré dans le cimetière qui borde l'église Saint-Martin. Cette tragédie inspire un poème à Victor Hugo.

     

    Dans l'église, on peut voir, des vitraux datant du XVI ème siècle qui évoquent une bataille navale où s'affrontent une flotte de l'armateur Jean Ango et une flotte de commerce portugaise.

  • Village de Normandie: Beuvron en Auge.

     

    Beuvron, village de contes de fées, offre un excellent exemple du patrimoine normand. Dans les années 1970, un maire a favorisé la rénovation du patrimoine local du bourg et des alentours.

     

    On peut voir un ensemble de manoirs, auberges et fermes à colombages remontant au XV ème siècle.

     

    La place du marché comporte une très belle halle.

     

    La rue principale et la place regroupent un ensemble remarquable de maisons traditionnelles normandes qui attire de nombreux visiteurs venus de toute la Normandie et d'ailleurs.

     

    En octobre, la fête du cidre mérite une visite, mais tout au long de l'année, les nombreux panneaux placés sur le bord des routes incitent le visiteur à faire l'école buissonnière au hasard des chemins herbeux; en les explorant, on s'imprègne de l'esprit mystérieux des lieux.

  • Village de Normandie: Vauville.

     

    Le promeneur malmené par le vent sur le Nez de Jobourg rejoindra avec soulagement les rivages plus sereins qui s'étendent vers le sud. Là donnant sur une large baie, Vauville, se blotti dans un écrin de fougères et de bruyères.

     

    Un vallon profond amène à un ruisseau d'eau douce jusqu'à une lagune, jadis propriété du Prieuré se trouvant sur une colline derrière le village.

     

    Richard de Vauville, petit-fils de Guillaume de Vauville, fonda ce prieuré en 1147, il est dédié à Saint-Michel.

     

    Vauville, Cotentin, Paysages de normandie, paysages normands, Richard de Vauville, église saint-martin, prieuré saint Michel,

     

    Il construisit aussi un puissant édifice défensif. Plus tard, un autre château fut construit au même emplacement en incorporant, l'ancien donjon et son escalier à vis. Ce château fut achevé au début du XVII ème siècle. Il affiche un petit air écossais qui se marie à ravir avec la bruyère. Le jardin de ce château vous réservera, quant à lui, une surprise dépaysante: il est composé d'espèces végétales rares et délicates provenant pour la plupart de l'hémisphère Sud.

     

    L'église est dédiée à Saint-Martin, elle date du XII ème siècle (comme le prieuré Saint-Michel).On peut voir à l'intérieur de jolis fonts baptismaux et quelques statues polychromes.

    Vauville, Cotentin, Paysages de normandie, paysages normands, Richard de Vauville, église saint-martin, prieuré saint Michel,

     

    Un charme discret émane de la rue principale avec ses vieilles maisonss au rude appareil de pierre, ses fleurs et son ruisseau traversé par plusieurs passerelles. 

  • Village de Normandie: Sainte-Marie aux Anglais.

    sainte-marie aux anglais.jpg

     

    La chapelle de ce village date des années 1160 à 1180.

    sma04.jpg

    à l'intérieur, des Fresques , témoignent de l'art pictural des XII ème et XIII ème siècles en Normandiue.

     

    Elles évoquent:

    cene5.jpg

    • L'Histoire du Christ et de la Vierge 

    • L'Histoire de Saint Jean le Baptiste

    • sma03.jpg

    • L'Histoire des Croisades.

     

    La palette de couleurs utilisée pour ces fresques est réduite: ocre, jaune et rouge. Elles sont posées sur un mortier de deux couches de sable et de chaux.

     

    L'ordonnance de l'église est simple: trois travées, une voûte en charpente. Le choeur, qui se trouve plus bas que la nef, est voûté en croisée d'ogives et possède deux travées.

  • Maison Ozé à Alençon

    Maison Ozé à Alençon

    062a-La-Maison-d-Oze--Alencon.JPG

     

     

    Elle a été édifiée au XVème siècle sur la Place Lamagdelaine, nom du premier préfet de l'Orne (1800-1815).

     

    La maison Ozé appartenait à un échevin: Jean du Mesnil.

     

    La famille Le Coustelier l'acquit en 1521 et la dota d'une aile supplémentaire dans la cour intérieure.

     

    En 1904, elle est classée à l'Inventaire des Monuments Historiques.

  • Le port du Tréport.

     

     

    avantport.jpg

    À l'embouchure de la Bresle, Le Tréport apparaît vers le IX ème siècle.

     

    En 1471, Jean de Bourgogne, Comte d'Eu, fait creuser entre Eu et Le Tréport, le Canal d'Artois. Puis en 1545, François de Clèves, Comte d'Eu, ouvre dans le port un vaste bassin pouvant recevoir des bâtiments de 300 tonneaux.

     

    Réaménagé de 1847 à 1862, le port recevait des navires, suédois et norvégiens chargés de bois et des navires anglais chargé d'houille ou d'ardoise.

     

    À la fin du XIX ème siècle, le port arme de 70 à 80 navires de pêche par an.

  • Le Havre, anse des Pilotes

     

    anse des pilotes du havre.jpg

    L'anse des pilotes fut établie dans l'avant port du Havre en 1864. là se réunissaient les cotres pilotes, petits bâtiments à un mât de forme élancée, qui partaient à la rencontre des gros navires.

     

    Ils se regroupaient en unités qu'on reconnaissait aux marque peintes sur la grande voile trapézoïdale: lettre H ou ancre de Marine.

     

    Perpendiculaire au quai, la Rue de Paris rejoint l'Hôtel de Ville. Au débouché de la rue, on remarque le clocher de la Cathédrale Notre-Dame de Grâce.

    Notre-Dame du Havre.jpg

     

  • Alençon, la rue aux sieurs

    alençon, orne, normandie, histoire de normandie,


     

    Simple bourgade au XI ème siècle, située sur la Sarthe, aux portes de la Normandie. Elle est rattachée au domaine Royal en 1204. Elle est élevée en Duché-Prairie en 1414.

     

    De grands noms ont marqué son Histoire:

    • Marguerite de Lorrainey fonda l'Ordre des Vlarisse.

    • Marguerite de Navarre, soeur de François Ier y tenait une cour brillante réunissant de célèbres poètes tels que Clément Marot.

    • Honoré de Balzac y séjourna en 1825 et en 1828, on retrouve l'atmosphère de la ville dans « La Vieille Fille » publié en 1837 et dans « le Cabinet des Antiquités » publié en 1838.

    • L'éditeur Poulet-Malassis y résidait. Il fut condamné pour avoir édité « Les Fleurs du Mal » de Charles Baudelaire

    • Thérèse Martin, la future Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus y naquit en 1873.

     

     

    La rue aux Sieurs se trouve dans le centre de la ville et débouche sur la Halle aux Blés, construite entre 1811 et 1819.

     

    halleauxblessite.jpg