Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire de la Normandie - Page 2

  • Histoire de la Normandie : une sépulture mésolithique à Val de Reuil

    Cette sépulture de grande dimension, était constituée d'un remplissage complexe. Elle renfermait les restes de deux individus. Le premier, en position remaniée, témoignage de la réutilisation de la sépulture. Le deuxième corps a été daté au carbone 14 et l'inhumation est datée vers 8297-7037.

     

    le mobilier associé à la sépulture apparaît pauvre : quelques silex taillés.

     

    La sépulture était surmontée d'un foyer rituel composé de restes d'ossements d'animaux brûlés : crânes et bois de cerfs et de chevreuils, crâne d'un grand bovidé avec ses cornes, crâne d'un sanglier, membre antérieur d'un castor.

     

    On peut comparer cette sépulture avec celles de Tréviec et de Hoëdic en Bretagne ou de Vedbaec au Danemark.

  • Un biscuit fut interdit par la police en 1855 à Rouen.

    l’anecdote est croustillante, mais elle ne le fut que jusqu’en 1855.

    Les gargans de rouen, biscuits épais de 2 à 3 centimètres ont été interdits par la police au milieu du XIX ème siècle.

    Vendus pendant la foire Saint-romain, ils représentaient le visage d’un homme grotesque en état de priapisme. Il se dit, encore aujourd'hui, que les femmes mettaient ce biscuit dans leur corsage pour trouver un mari, bon amant de surcroît

  • Une colonne en l'honneur de Napoléon au Val de La Haye.

    Normandie, seine-maritime, Val de la Haye, Histoire de la Normandie, Histoire de France, Napoléon,


    à la sortie de Val-de-la-Haye, une haute colonne de pierre, ornée d’anneaux de bronze et surmontée d’un aigle regarde couler la Seine depuis 169 ans. 

    Ce monument, érigé en l’honneur de Napoléon, commémore un événement historique. En effet, en 1840, la dépouille du souverain empereur quitte Sainte-Hélène pour rejoindre la capitale. Mais le bateau à roue qui remonte la Seine ne peut passer sous les ponts et doit faire halte au Val-de-la-Haye. C’est précisément à l’endroit où se trouve aujourd’hui la colonne que les cendres de napoléon furent déposées à bord d’un autre navire : La Dorade.

    Cinq ans plus tard, une colonne est édifiée et inaugurée en son honneur. Lors de sa construction, une boîte contenant quelques cheveux de Napoléon, un morceau d’acajou de son cercueil et une branche de saule de Sainte-Hélène y aurait été logés.

  • Le Château de la Petite Heuze en Seine-Maritime.

    château de la petite heuze, normandie, seine-maritime, histoire de France, histoire de la normandie, paysages de normandie,


    A l’abandon depuis plusieurs années, le château de la Petite Heuze a vu son destin pris en main par une poignée de passionnés.

    Née en 2011,l’Association pour la Renaissance du Château de la Petite Heuze vient d’obtenir son inscription à l’inventaire des Monuments Historiques et une subvention du ministère de la Culture pour le bâchage de la toiture. désormais hors d’eau, ce château XVIIème siècle sera animé par l’association pour le faire découvrir au public.

     

    www.lechateaudelapetiteheuze.fr

  • L'ancre de la Jeanne se trouve maintenant sur l'île Lacroix à Rouen.

    Jet d'ancre. L’ancre du porte-hélicoptère la Jeanne d’Arc a été jetée définitivement sur l’Ile Lacroix à Rouen. Construit à Brest entre 1959 et 1964, ce navire-école, fleuron de la Royale a été mis à la retraite en juin 2010.

     

    Rouen, sa ville marraine, avait pour projet initial d’installer la proue de l’ancien bâtiment militaire en aval du pont Flaubert.

    Finalement, c’est l’ancre de la Jeanne d’Arc qui repose désormais sur l’Ile Lacroix. Une cérémonie officielle d’inauguration sera organisée le 14 juin prochain durant l’armada.


    Une plaque commémorative sera, par ailleurs, posée à  l’Hôtel de Ville de rouen.

  • Idée de Lecture: Dictionnaire des Rues de Rouen

    Cette œuvre est le fruit d’un travail collectif : celui des membres du Rotary Club de Rouen et de leurs conjoints qui ont arpenté, pendant plusieurs mois, les avenues et ruelles de la ville. Ainsi, c’est sur près de 300 pages que 900 rues sont décortiquées en analyses et anecdotes. 

    Des rappels explicatifs évoquent aussi les différentes périodes historiques et les activités économiques majeures de la ville. Les bénéfices des ventes de l’ouvrage seront reversés à l’action “Polio+” qui agit pour la prévention et le traitement des maladies.

    ∙ 288 pages – 36 € - Rotary Club de Rouen

  • Hymne de la Normandie de Louis Beuve et de François Enault

    source : la revue « Le Bouais Jan »

     

    Il coule encore, le sang des Scandinaves

    Il fait vibrer le coeur de tes enfants

    Nous sommes fils de la race des braves,

    Les héritiers du beau nom de Normands ;

    Et si Lodbrog aux vertus héroïques

    Ne chante plus son hymne à la mort

    Parmi les tiens il est des chœurs stoïques,

    De dignes fils de vieux guerriers du Nord.

     

    Au Valhalle, revêtus de lumière,

    L'illustre Hasting et les braves d'Odin

    En ton honneur disent leur chant de guerre

    Tout en buvant l'hydromel du festin

    Ton nom sacré, que la gloire couronne

    De leur palais orne la porte d'or,

    Et c'est pour toi que sans cesse résonne

    Le noble accent de la Harpe du Nord.  

  • Personnalité de Normandie: Charles-Louis Mozin

    Bien que né à Paris en 1906; Charles-Louis Mozin est l'un des premiers artistes à travailler sur les bords de la Touques et à Trouville.

    Charles-Louis Mozin, Calvados, Honfleur, Trouville, Normandie, paysage de normandie, peintre de marine,

    Marine et villas sur la Plage, huile sur bois, se trouvant

    au musée municipal de Trouville.


    Ce peintre de marine, continue la perfection vernissée des artistes hollandais.Il a été en Belgique et en Hollande pour étudier les maîtres du XVII ème siècle. Dès 1824, il utilise la lumière changeante des paysages du bord de mer.

     

    Il présente « Extérieur du Port de Dieppe » au Salon en 1824.

     

    Mozin s'inspire toute sa vie de Trouville et des marais alentour mais il travaille aussi à Honfleur.

    Il consacra d'ailleurs une centaine de gravures de Trouville et ses environs, qui décrivent les plages normandes à cette époque.

    Exposant régulièrement au Salon jusqu'en 1861.

    Il est mort à Trouville en 1862.  

  • Personnalité de Normandie: Albert de Balleroy

     

    Il est né à Igé dans l'Orne en 1828. Il est élève à Paris du peintre animalier Jules-Léonard Schmitz.

     

    Balleroy se fait un spécialiste des scènes de chasse et de peinture animalière.

     

    Il expose au Salon à partir de 1853 et réalise de nombreuses gravures pour Cadart.

     

    À la fin de sa vie, il mène une carrière politique. Il sera maire de Balleroy près de Bayeux et il sera aussi député du Calvados pendant quelques mois en 1871.  

  • Village de Normandie: Saint-Céneri-le-Gerei

    Dès le XI ème siècle, un château dominait ce poste de frontière du haut d'un éperon rocheux qu'enveloppe une boucle de la Sarthe, assurant aux défenseurs la maîtrise absolue du passage en contrebas. Cette place forte fut construite par une famille locale les Giroie pour lutter contre les pillages effectués par des Normands.

     

    Elle fut assiégée par Guillaume II de Normandie dit le Conquérant et par Henri Ier Beauclerc.

     

    Le clan des Giroie bâtit également une petite église de style Roman. Un petit sentier qui contourne l'abside offre une vue sur le pont du pierre datant du XI ème siècle et les vieilles maisons qui l'entourent.

     

    Pendant la Guerre de Cent Ans, les troupes anglaises finirent par enlever la place grâce à un canon disposé sur un rocher lui faisant face.

     

    Par la suite, Saint-Céneri tira ses ressources des gisements de minerai de feret des abondantes forêts présentes aux alentours, qui permirent de maintenir un travail artisanal dans les forges jusqu'à la fin du XIX ème siècle.

     

    Le charme de sa situation avait alors attiré une fidèle colonie d'artistes qui ont suivi les traces de Corot qui était tombé amoureux du village en 1855.