Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Village de Normandie : Saint-Sauveur-Lendelin.

     

     

    La situation de ce bourg, lieu situé sur une élévation et placé sur une ancienne voie celto-romaine qui reliait Alaune (Valognes) à Constantia (Coutances)

     

    Le nom de Saint-Sauveur indique la présence d'une église Romane au IX ème siècle. Le nom de ce saint était souvent attribué aux églises de style Roman : Sanctus Salvator.

     

    Lendelin est peut-être une déformation de Odelin ou d'Adelin, compagnon de Rolf le Marcheur, premier Comte de Normandie.

     

    La charte de Guillaume II de Normandie dit le Conquérant parle pour la cathédrale de Coutances de Sanctus Salvatori Odelini.

     

    Jean sans Terre, duc de Normandie et roi d'Angleterre, a donné le domaine de Saint-Sauveur à Blanche de Castille, la mère du futur Saint-Louis.

     

    Par la suite le domaine de Saint-Sauveur appartiendra à :

     

    Jeanne de France, veuve du roi Philippe Le Long

    La famille d'Orléans au XV ème siècle

    La famille de Bassompière au XVI ème siècle

    Marie de Médicis après la mort d'Henri IV

    pour terminer par la famille de Bourbon au XVII ème siècle.

     

     

    L'église actuelle a été commencée au XIII ème siècle. La partie a plus ancienne comprend la nef principale, les nefs latérales, le porche et la tour.

     

    La nef date de la fin du XIII ème siècle comporte cinq grandes arcades à ogives règnent de chaque côté de la nef et la mettent en communication avec les nefs latérales. Il faut aussi remarquer les deux grandes arcades ogivales, qui s'élèvent sous la tour et font suite à celles de la nef. Les piliers sont à remarquer spécialement ; ils reçoivent la retombée des arcades de la nef, ils sont à pans coupés, garnis de colonnettes, dont les chapiteaux sont ornés de volutes, de feuilles d'eau et de différentes moulures du plus heureux effets.

     

    Cette partie ancienne de l'église est entièrement voûtée de pierre. Ces voûtes annoncent déjà le style du XV ème siècle.

    Sur le mur occidental, on peut voir une fenêtre du XIV ème siècle, à deux baies divisées par un meneau ; une rosace surmonte l'arcade de chaque baie. Les vitraux de cette fenêtre date de 1926 et sont les seuls qui ont survécu aux combats de la seconde guerre mondiale et représentent Sainte Barbe et Sainte Clotilde.

     

    La tour paraît datée du XIV ème siècle, elle est de forme quadrilatère et se termine par un toit à double égout. Ses façades sont percées par d'une fenêtre ogival, garnies de colonnes et d'un tore. Chaque baie a son arcade subtrilobée et est elle-même divisée par une croix en pierre. La tour est précédée par un porche du XV ème siècle dont la voûte en pierre est soutenue par des arceaux croisés.

     

    En 1944, les trois quarts de la toiture fut emportée, une travée presque détruite et une grande partie des vitraux furent détruit. Le 28 juillet 1944 à 6 heures l'église reçut deux obus de plein fouet près du choeur.

     

    Le général US de la III ème armée américaine, Bradley, installa son quartier général le 7 août en préparation de l'opération Cobra et y reçoit le premier ministre britannique Winston Churchill.

     

     

    Une restauration eut lieu entre 1971 et 1972.

  • Patrimoine de Normandie : Château de Chanteloup

     

     

    Non loin de la mer, dans les environs de Bréhal, cette construction féodale a reçut au début du XVIème siècle, des adjonctions ornées d'un décor de style Renaissance.

     

    On y observe des influences italiennes que nous retrouvons en Normandie, aux châteaux de Lasson et de Fontaine-Henry et dans l'abside de l'église Saint-Pierre à Caen.

     

    Le plan, circonscrit par les douves, est de forme polygonal et se ferme autour d'une cour intérieur où s'élève un donjon quadrangulaire. Celui ci fut dérasé sous la Première République en même temps que les deux tours flanquant la poterne.

    Ce sont là les vestiges de l'état précédent du château. Au fond de la cours, le corps de logis datant du XVIème siècle occupe deux côtés du polygone. Il s'appuie à une tour carrée d'où part, à angle droit, l'amorce d'une construction basse. Il est bâti en granit, il n'a qu'un étage surbaissé, au-dessus du rez de chaussée. Un toit modeste le couvre, qui s'interrompt au-dessus du pan coupé de l'aile.

     

    Un certain aspect d'inachèvement en résulte. Tout l'intérêt se porte sur le décor dont l'élégante profusion se localise sur quelques points choisis des façades : encadrements des baies, entablement.

     

    Il s'y lit tout le vocabulaire ornemental de la Première Renaissance : pilastres, candélabres, losanges garnis de feuilles, médaillons, animaux fantastiques.

     

    Le raffinement de ce décor est extrême. Chaque détail est traité pour lui-même et paraît ainsi détaché d'une ordonnance qui vaut moins par l'harmonie des divers éléments qui la composent que par la qualité propre de chacun d'entre eux.

     

    Les portes basses de la tour, la fenêtre de l'aile en forme de tabernacle et ornée de dauphins sont à cet égard caractéristiques.

     

     

    Le château appartenait à Louis d'Estouville qui commanda la garnison du Mont-Saint-Michel pendant le siège des forces britanniques qui a eu lieu au XVème siècle. C'est à son fils Antoine d'Estouville que nous devons la partie de style Renaissance

  • Patrimoine de Normandie : l'Eglise Saint-Helier de Beuzeville.

     

     

     

    Une étape du circuit des églises de style Roman du canton de Beuzeville qui compte dix-sept églises.

     

    L'église est dédiée à Saint-Helier, un saint normand originaire de Jersey. Jersey rend hommage à ce saint, car la capitale de l'île s'appelle Saint-Helier.

     

     

    Cette église a conservé un choeur datant du XIIème siècle. Des remaniements ont eu lieu aux XVIème et XVIIIème siècle qui l'ont doté de fenestrages, de balustres, contreforts, gargouilles et d'un colombages de style Normand. Les vitraux datent du XX ème siècle et ont été fait par le maître verrier, François Décorchemont, originaire de Conches en Ouche. 

  • Patrimoine de Normandie : L'église Saint-Martin de Langrune-sur-Mer

     

     

    Commencée au XIIème siècle et terminée seulement au XIIIème siècle. Elle semble disproportionnée par rapport à la population actuelle de la commune, mais jadis Langrune fut un grand port de pêche et aussi un grand port de commerce, les navires faisant route vers Le Havre avec leurs cargaisons de colza ou de blé.

     

    Le clocher est haut de soixante-cinq mètres et doté de deux étages.

     

    L'église fut classé en 1840 aux Monuments Historiques. Elle abrite les reliques de Saint-Hélidor (un martyr du IXème siècle qu'est à l'origine d'un pèlerinage).

     

     

    On peut voir une copie d'une huile sur bois représentant une Vierge à l'enfant et Saint Jean le Baptiste. L'original de ce tableau est conservé en mairie pour plus de sécurité. Ce tableau a été légué à la paroisse par Madame Goldber en 1895 et il est maintenant la propriété de la commune.  

  • Patrimoine de Normandie : Eglise Saint-Sulpice de Breteuil-sur-Iton

     

     

     

    Donnée vers le milieu du XIème siècle à l'Abbaye de Lyre par Guillaume Fils Osbern (un des principaux vassaux de Guillaume II de Normandie, dit le Conquérant).

     

    Cette église succède à une église en bois dont il est fait mention de la reconstruction en mortier et pierre vers 1015 à 1025.

     

    L'ossature de la nef et du transept et surtout de la tour centrale, est carrée et trapue et remonte à la seconde moitié du XIème siècle. Le reste de l'église a été rebâti au XIIème siècle à la suite d'un incendie ayant eu lieu en 1138. Reconstruction qui a été effectuée en grison, une pierre typique de ce secteur de la Normandie.

     

     

    À l'intérieur : on peut voir un joli buffet d'orgue datant du XVII ème siècle. On peut aussi voir une balustrade de style Renaissance et aussi une toile représentant la Résurrection peinte par Hubert Descours.