Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paysage de Normandie: Derrière la plage, le marais.

Les deux îles de Saint Marcouf annoncent les plages du Débarquement. Quelques chars et half-track sont encore présent à Utah Beach, ils sont de la 2ème DB Française qui a débarqué simplement en août 1944. On peut suivre les bornes de la voie de la Liberté qui relie Sainte-Mère l'Eglise à Bastogne.

 

À morte eau, ces plage mouillées où le ciel se reflète sont envahies par les chars mais à voile cette fois.

 

Derrière Utah Beach, miroite un des plus étonnants paysages de France: les Marais de Carentan. Ces terres mouillées, qui représentent pourtant la partie sud de la presqu'île du Cotentin, comprennent un étrange pays pâturé, veiné de rivières: l'Aure, la Vire, la Taute, la Douve. L'homme a séparé les champs grâce à des limes. Sur les battures, les limes sont plantées d'un bocage d'ormes, de tilleuls, de noisetiers et de chênes.

 

L'hiver, le marais est blanc, un miroir d'eau qui givre à peine. Sur le plain se dressent de beaux manoirs et dans les creux on peut voir des masures en torchis ocre.

 

Deux auteurs normands ont écrit sur ce marais:

 

d'abord Barbey d'Aurevilly: « Avez-vous jamais, vous qui lisez ces pages, voyagé à travers ces marais du Cotentin qu'on a essayé de décrire et qui sont assez vastes pour que seulement les traverser puisse vous paraître un voyage » source: ''Ce qui ne meurt pas''

 

puis Jean de La Varende: « cette lagune qui semble s'être élevée lentement, souterrainement, du sol lui-même »

Les commentaires sont fermés.