Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poème Normand: L'Hivé (L'Hiver)

Ah! couosin Tom, i' fait grand frait;
Entre bein vite, apprech' du feu;
Là, prends un' tchaire, et assieds té:
Ill y a longtemps qu'nou n't'avait veu.

Je crai que d'pis la St. Michai,
Tu n'as pon mins les pids ichin;
N'ou n'pouorrait craire quasi d'itai
Et d'un parent, et d'un vaisin.

Apprech'don pus, tu t'tcheins si liain
Pour mé je tremble, et n'sis pon tendre.
I y era d'la nai sus terr' demain,
Et j' crai tchi gèle à pierre fendre.

Les grand's tcherrues sont arrêtaies;
Nou n'peut touoné ni foui la terre,
Et Ph'lippe me dit qu' anièt la g'laie
Le portait dans le marais d'Saint Pierre.

Betté, ma fille, despêche té
Hall' nous du cidre dans la canne
Tu es si longtemps, que pour de mé,
A t'envier autchun bord, j'enhanne.

Prend des buchettes dans ton d'vanté,
Dans la conière i n'y en a pus;
Tu n'as pon qu'faire d'aller au fraid:
N'y en a t'i pon en d'hors de l'hus?

Qu'nou dait bein estre r'connaissants
D'avé du bouais pour se cauffé;
Ah tchest qu'nou f'rait si nous 'tait sans,
Principal'ment dans l'fonds d'l'hivé.

I y en a bein tchi souffrent à ch't heure
Et un grand nombre j'en sis seux
Tchi n'ont ni pain, ni feu, ni d'meure
L'bouon Dgieu veuille avé pitchi d'ieux.

Commentaires

  • Bonjour,

    Est il possible de savoir quel est l'auteur de ce poème: l'hivé ?
    Merci pour votre retour,

    Mickael

Les commentaires sont fermés.