Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Villes de Normandie: Coutances

Coutances, comme Saint-Lô, Avranches et Valognes, a une origine gallo-romaine. Elle devint dès le V ème siècle, le siège d'un évêché. Depuis la Révolution de 1789, l'évêché d'Avranches a été réuni à celui de Coutances.

 

La Cathédrale domine la ville bâtie sur une éminence granitique. Les destructions en ont ruiné les alentours sans l'éprouver elle-même.

 

C'est un édifice du XIII ème siècle, remplaçant la précédente cathédrale du XI ème siècle qui était de dimensions identique et dont quelques fragments de murs subsistent à l'intérieur des tours occidentales et dans les combles des bas-côtés de la nef.

Ces fragments et quelques autres d'époque postérieure exceptés, la cathédrale de Coutances, construite et terminée jusqu'à la pointe de ses clochers en deux campagnes séparées seulement par quelques décades, constitue un remarquable exemple de l'évolution de l'architecture gothique en Normandie du début à la fin du XIII ème siècle. Elle est aussi l'une des rares cathédrales qui ne soit pas le résultat d'adjonctions successives apportées au cours des temps ou qui ne soit pas restée inachevée.

 

La façade en impose au visiteur, surtout par la puissance et l'élancement de ses tours-clochers. Un large portail, dont le tympan est mutilé, est surmonté d'une grande baie au remplage rayonnant. L'un et l'autre sont encadrés par les souches massives des tours qui s'élèvent, intégrées dans la construction, jusqu'au niveau du pignon masqué par une arcature.

 

Au-dessus, s'élèvent, les tours octogonales flanquées d'étroites tourelles d'escalier coiffées de clochetons dont les masses asymétriques s'équilibrent d'une tour à l'autre. Deux flèches, hautes de près de 80 mètres, achèvent de produire une belle impression d'élan. La croisée du transept supporte une superbe tour, elle aussi octogonale. Elle est flanquée sur quatre côtés d'une tourelle. Sur les quatre autres faces, s'ouvrent des baies doubles d'une étonnante hardiesse. Les baies s'étirent sur la hauteur des deux étages supérieurs de la lanterne, dont l'un correspond à une salle haute établie au-dessus de la voûte. L'aspect de cette tour dominant le beau chevet est remarquable.

 

L'intérieur de la cathédrale où dominent les lignes verticales s'impose comme un chef-d'oeuvre du XIII ème siècle, remarquable par son élégance et son unité. La nef est flanquée de bas-côtés et de chapelles. Son élévation comporte: les grandes arcades aux profils fortement moulurés à la Normande.; le triforium d'un beau dessin aux ouvertures murées; les fenêtres hautes.

Chaque travée est encadrée entre des faisceaux de colonnettes qui, au droit de chaque pile, montent du sol jusqu'à la naissance des voûtes. Deux balustrades courent tout le long de l'édifice, l'une au pied du triforium, l'autre sous les fenêtres hautes. L'élévation du transept est semblable; mais les baies du triforium sont ouvertes et le mur est ajouré.

A la croisée, quatre puissantes piles, formées d'un faisceau de colonnettes s'élancent d'un jet et supportent par l'intermédiaire des grands arcs et de triangles en encorbellements successifs, l'admirable tour-lanterne, la plus belle de Normandie.

Vue du dedans, cette lanterne présente des dispositions différentes de celles visible du dehors. Le maître d'oeuvre a en effet conçu une tour à trois étages dont les deux supérieurs sont établis au-dessous et au-dessus de la voûte. Ce sont ces derniers que l'on voit de la ville tandis que les étages inférieurs s'aperçoivent du sanctuaire. Ce sont ceux du triforium et des fenêtres hautes ouvertes sous la voûte.

 

 

Le choeur aux admirables colonnes jumelées est bordé et entouré de doubles bas-côtés de hauteurs différentes. Le bas-côté le plus élevé comprend au-dessus de ses arcades un triforium. On observe la même disposition dans la cathédrale du Mans.

 

Les dates de construction sont les suivantes: la nef et certaines parties occidentales du transept furent construites sans interruption au cours du premier tiers du XIII ème siècle. Une seconde campagne peut se situer dans la deuxième moitié du XIII ème siècle, comprit la construction du reste du transept, de la tour-lanterne, du choeur, de l'avant-nef et des tours, dont la partie inférieure englobe des vestiges romans de l'église du XI ème siècle. Les chapelles latérales sont du XIV ème siècle et la chapelle d'axe du XV ème siècle.

 

L'église Saint-Pierre des XV ème et XVI ème siècle possède une remarquable tour-lanterne qui est une transposition en architecture de style Renaissance de celle de la cathédrale. L'église Saint-Nicolas est XIV ème, XVI ème et XVII ème siècle. L'ancien Evêché est du XVIII ème siècle.

 

Le Jardin Public et les ruines de l'aqueduc romain, constituent aussi des curiosités de la ville.

Commentaires

  • Ho que j'aime la Normandie ! Je connais Coutance car ma fille y a travaillé pendant quelques années. Elle habitait Granville à l'époque. Quelles jolies villes, la vie y est vraiment tranquille, les gens sont gentils, rien à voir avec les autres villes de France ! J'ai du sang Normand dans les veines et j'habite le Sud. Je ne suis pas sûre d'y passer ma vie ! En tout cas merci pour ces très bons articles, j'aime beaucoup votre blog alors je vous dis à bientôt !

Les commentaires sont fermés.