Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire de la Normandie:Les « camps-Cigarettes »

Les « camps-Cigarette » en Normandie


C'est en octobre 1944, alors que les alliés sont désormais solidement installés en Europe Occidentale même si la guerre n'est pas finie que le commandement américain décide de créer des camps de repos pour les soldats revenant du front ainsi que pour les nouvelles troupes qui continuent à débarquer.

Tous ces camps sont aménagés à proximité du Havre, principal port d'embarquement et de débarquement des américains depuis sa remise en état, le 2 octobre, quinze jours après la libération de la ville.


Ce sont huit véritables villes de tentes qui vont ainsi surgir du sol, à l'américaine, c'est-à-dire en quelques semaines avec des moyens énormes alors même que leur durée de vie ne devra guère excéder un an, le temps de vaincre les nazis et de gérer une victoire d'ores et déjà assure.

Ces vastes camps vont s'appeler:

  • Lucky strike près de Saint-Valéry-en-Caux (11600 tentes sur 600 hectares )

  • Old Gold près d' Yvetot

  • Pall Mall près d'Etretat

  • Philipp Morris près du Havre

  • Twenty Grand près de Duclair

D'où leur nom de « camps cigarettes ». Le tabac n'est pas encore hors-la-loi et il symbolise le repos du combattant « Just like a taste of home »

 

Twenty Grand, du nom d'une marque de cigarettes grand format, s'est établi en pleine forêt entre Duclair et Saint-Pierre-de-Varengeville. Il a d'abord fallu construire une route. On a charrié d'abord pour cela des pierres et des gravats provenant des ruines de la région alentour, y compris de Rouen.

Twenty Grand est reservé aux « vieux », aux hommes ayant atteint quarante-deux ans et que l'état-major retire du front.

Déracinés, épuisés par les combats, les soldats en cours de démobilisation s'ennuient. Alors, avec leurs couteaux, ils gravent les arbres: un coeur, leur nom et celui de leur fiancée.


Le camp a bien sur disparu mais les arbres sont restés. Ils ont grandi et grossi et avec eux les graffiti des GI. On peut les voir encore aujourd'hui sans émotion.

Les commentaires sont fermés.